Bovins

Mots-clés: 

Thierry Baron (1), Anne-Gaëlle Biacabe (1) et Didier Calavas (2)
(1)    Anses Lyon, Unité Maladie neuro-dégénératives, LNR Encéphalopathies spongiformes transmissibles, Lyon, France
(2)    Anses Lyon, Unité Epidémiologie, Lyon, France

Un cas d’ESB de type classique, la forme associée à une contamination alimentaire, a été notifié le 24 mars 2016 chez un bovin né en 2011, c'est-à-dire dix ans après les mesures ultimes de sécurisation de l’alimentation des animaux prises en 2001.


Partager :

Crédit photo : Gilles Péris y Saborit www.flickr.comCette note est issue des informations transmises par l’Arsia et le Coda-Cerva en Belgique

Depuis juillet 2014, une augmentation du nombre (plus de 80) de rapports d’autopsie d’avortons de bovins mentionnant un syndrome « ictère et splénomégalie » est rapportée en Wallonie (Belgique) (syndrome d’avortements avec ictère et splénomégalie - SAIS). Ce syndrome a déjà été constaté à plusieurs reprises par le passé mais dans des proportions moindres (Figure 1).


Partager :

Description clinique de l’infection aigue chez les bovins

Afin de décrire les signes cliniques de l’infection aigüe par le virus SBV chez les bovins, une étude clinique a été conduite par des vétérinaires praticiens sous la coordination de la SNGTV pendant la saison d’activité des vecteurs en 2012.

Les signes cliniques ont été décrits chez des bovins adultes dans 12 troupeaux pour lesquels une confirmation biologique du passage du virus SBV concomitant aux signes avait été obtenue.

Cette étude a montré que le taux moyen d’atteinte clinique s’élèvait à 20 % des vaches en production et que la récupération de l’état général avait lieu le plus souvent au 4ème ou 5ème jour. Les signes les plus fréquemment observés étaient une hyperthermie (39,5 à 42°C) (les 12 troupeaux), une anorexie (neuf troupeaux), une chute de la production laitière (animaux présentant une chute de production de plus de 50% dans six troupeaux) et des signes digestifs (diarrhée aigüe profuse) (cinq troupeaux). Des pertes embryonnaires et fœtales en début de gestation avaient également été observées dans les élevages faisant l’objet d’un suivi de reproduction.

En savoir plus 

alt


Résultats détaillés

Protocole

Questionnaire


Partager :

Les partenaires de la Plateforme ESA se sont fortement mobilisés en réponse à l’émergence du virus SBV pour concevoir et mettre en œuvre des enquêtes afin d’apporter des premiers éléments de connaissance clinique et épidémiologique sur ce nouveau virus.


Impact du SBV en élevage

 Enquêtes d'impact réalisées par les GDS

Les GDS ont réalisé des enquêtes dans plus de 1 000 élevages atteints afin d’estimer l’impact du SBV congénital.

A la mi-septembre 2012, 510 élevages bovins avaient été enquêtés ; en moyenne, sur l’ensemble des veaux nés à la date de réalisation de l’enquête dans ces élevages, 7 % avaient présenté des troubles pouvant être rapportés au SBV. A la mi juin 2012, 574 élevages ovins avaient été enquêtés, en moyenne, sur l’ensemble des agneaux nés à la date de réalisation de l’enquête dans ces élevages, 15 % avaient présenté des troubles pouvant être rapportés au SBV.

En savoir plus 

   Résultats détaillés de l'enquête chez les bovins

altRésultats détaillés de l'enquête chez les ovins

Consulter le questionnaire d’enquête pour les élevages de petits ruminants

Consulter le questionnaire d’enquête pour les élevages bovins

Dominguez M, Calavas D, Jaÿ M, et al. Preliminary estimate of Schmallenberg virus infection impact in sheep flocks, France. Vet. Rec., 2012, 171(17), 426. http://veterinaryrecord.bmj.com/content/171/17/426.2.full


Impact du SBV sur la proportion d'éleveurs de bovins ayant déclaré des avortements 

L'analyse des données de déclaration des avortements collectées dans le cadre de la surveillance de la brucellose n’a pas mis en évidence d’évolution significative de la proportion d’élevages ayant fait l’objet d’au moins une déclaration d’avortement au cours du 2ème semestre 2011 par rapport au 2ème semestre 2010 dans les départements ayant fait l’objet de déclarations de cas de SBV congénital au cours du 1er semestre 2012 par rapport aux autres départements. Résultats détaillés


Impact du SBV dans les élevages ovins allaitants

Deux études réalisées par GDS France et l'Institut de l'Elevage, ont permis de décrire la forte variabilité des impacts du virus et d'estimer leurs conséquences à l'échelle de l'élevage. 70% des élevages ovins étaient faiblement à moyennement impactés (perte de moins de 2 % de marge brute à la brebis). Résultats détaillés


Partager :

La surveillance clinique de l’infection congénitale des agneaux, veaux et chevreaux par le virus SBV est pilotée par GDS France, dans le cadre de la Plateforme ESA.Une présentation détaillée de ce dispositif est consultable ici.

Les critères de suspicion clinique de l’infection sont :

  • Déformation ou blocage de l’articulation d’un ou plusieurs membres (arthrogrypose)
  • Malformation de la colonne vertébrale (scoliose, cyphose)
  • Anomalie du port de la tête (torticolis)
  • Raccourcissement de la mâchoire inférieure (brachygnathie)
  • « Grosse tête » (hydrocéphalie)

Télécharger la fiche de commémoratifs saison 2014/2015

 


Partager :

altUne infection par le sérotype 14 du virus de la fièvre catarrhale ovine (FCO) a été détectée dans le cadre de la surveillance programmée ou de tests réalisés pour le contrôle des mouvements, chez des bovins qui ne présentaient pas de signe clinique d’infection, en Lettonie, en Pologne, et en Espagne chez des animaux importés depuis la Lituanie. Il s’agit de la première notification de ce sérotype en Europe. Des segments de cette souche présentent une forte homologie avec une souche de référence/vaccinale sud-africaine [Consulter la brève "ahead of print" du Bulletin épidémiologique  : brève]


Partager :

Crédit photo : Meneer Z/ www.flickr.com

Afin de décrire les signes cliniques de l’infection aigüe par le virus SBV chez les bovins, une étude clinique a été conduite par des vétérinaires praticiens sous la coordination de la SNGTV pendant la saison d’activité des vecteurs en 2012.

Les signes cliniques ont été décrits chez des bovins adultes dans 12 troupeaux pour lesquels une confirmation biologique du passage du virus SBV concomitant aux signes a été obtenue.

Le taux moyen d’atteinte clinique s’élève à 20 % des vaches en production. La récupération de l’état général a lieu en général au 4ème ou 5ème jour. Les signes les plus fréquemment observés sont une hyperthermie (39,5 à 42°C) (les 12 troupeaux), une anorexie (neuf troupeaux), une chute de production (animaux présentant une chute de production de plus de 50% dans six troupeaux) et des signes digestifs (diarrhée aigüe profuse) (cinq troupeaux). Des pertes embryonnaires et fœtales en début de gestation ont également été observées dans les élevages faisant l’objet d’un suivi de reproduction. Télécharger l'article


Partager :

Crédit photo : www.FreeDigitalPhotos.net

De nombreux élevages sont atteints par le virus Schmallenberg (SBV) en France. Cependant, l’impact de cette nouvelle maladie en élevage est encore mal connu. GDS France et Coop de France pilotent deux enquêtes complémentaires dans le cadre de la Plateforme nationale de surveillance épidémiologique en santé animale pour estimer l’impact en élevage de l’infection et qualifier la situation des élevages ovins dans lesquels des suspicions cliniques non confirmées biologiquement ont été rapportées.

 


Partager :

Une étude a été menée par l'intermédiaire du réseau des Groupements de défense sanitaire (GDS) avec l'appui de l'Anses dans le cadre de la Plateforme nationale de surveillance épidémiologique en santé animale dans les foyers confirmés atteints par le virus Schmallenberg.

Un système de saisie en ligne des résultats de l'enquête permet d'effectuer un traitement régulier des données. A la date du 12 septembre 2012, les enquêtes ont été réalisées dans 574 élevages de petits ruminants et dans 510 élevages bovins. Ceci permet d'avoir une première vision de l'impact de la maladie dans les élevages touchés. Vous pouvez consulter le traitement intermédiaire des données par le lien ci-dessous.

Bovins Télécharger le traitement intermédiaire bovin n°3 du 12/09/2012

Ovins Télécharger le traitement intermédiaire ovin n°4 du 14/06/2012

Bovins

Télécharger le traitement intermédiaire bovin n°2 du 14/06/2012

Télécharger le traitement intermédiaire bovins n°1 du 07/05/2012


Partager :
 

Liens utiles

Organismes Internationaux

  • OIE (Organisation mondiale de la santé animale)
  • FAO EMPRES (Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture)
 

​​Organismes Européens

  • ECDC (Centre Européen de prévention et contrôle de maladies)​
  • EFSA (Autorité Européenne de sécurité des aliments)
  • ​DG SANCO (Directorat General de santé et de consommateurs)
 

Organismes Nationaux

  • InVS (Institut de veille sanitaire)
  • Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail)

Plateformes de veille Internet

Zircon - This is a contributing Drupal Theme
Design by WeebPal.