Information sanitaire


Veille Sanitaire Internationale (VSI) Plateforme ESA – France

LNR Influenza Aviaire, Anses laboratoire de Ploufragan – France

Article au format PDF: 


Partager :


Recrudescence de foyers d’IAHP H5N8 en Europe en octobre et novembre 2016 : actualisation au 17/11/2016 – 12h00
 
Veille Sanitaire Internationale (VSI) Plateforme ESA – France

Article au format PDF: 


Partager :

Julien Cauchard 1, Alizé Mercier 2,3
(1) Anses, Laboratoire de Lyon, Unité Epidémiologie, Lyon, France
(2) Inra, UMR 1309 CMAEE, Montpellier, France

Article au format PDF: 


Partager :

Julien Cauchard 1, Alizé Mercier 2,3, Sylvain Falala2,3, Laure Bournez 4
 
(1) Anses, Laboratoire de Lyon, Unité Epidémiologie, Lyon, France
(2) Inra, UMR 1309 CMAEE, Montpellier, France

Article au format PDF: 


Partager :

Julien Cauchard 1, Alizé Mercier 2,3, Laure Bournez 4
 
(1) Anses, Laboratoire de Lyon, Unité Epidémiologie, Lyon, France
(2) Inra, UMR 1309 CMAEE, Montpellier, France


Partager :

Julien Cauchard 1, Sylvain Falala 2,3, Laure Bournez 4, Alizé Mercier 2,3
 
(1) Anses, Laboratoire de Lyon, Unité Epidémiologie, Lyon, France
(2) Inra, UMR 1309 CMAEE, Montpellier, France


Partager :

Alizé Mercier (1), Julien Capelle (2), Nicolas Gaidet (2), Alexandre Caron (2), Elena Arsevska (1)
(1) Cirad CMAEE Montpellier, France
(2) Cirad AGIRs Montpellier, France

Depuis décembre 2015, des foyers d’influenza aviaire hautement pathogène (IA HP) et faiblement pathogène (IAFP) continuent d’être rapportés à l’OIE à travers le monde. Comme dans les précédents rapports de janvier 2015, de mai 2015 et de novembre 2015 publiés dans le Centre de ressources de la Plateforme ESA (CdR), pour la période entre décembre 2015 et avril 2016 (point fait au 07  avril 2016), on distingue quatre groupes de pays touchés (Tableau 1), dont trois groupes affectés par l’IA HP (l'Amérique centrale et du Nord, l’Afrique et l’Asie du Sud-Est). Les données utilisées dans le cadre de cette synthèse proviennent uniquement de sources officielles.

Article au format PDF: 


Partager :

Labib Bakkali-Kassimi (1), Gina Zanella (1), Sévérine Rautureau (2), Stéphan Zientara (1)
(1) Anses, Laboratoire de santé animale, LNR fièvre aphteuse, Maisons-Alfort, France
(2) DGAL, Bureau de la santé animale, Paris, France

Le 2 novembre le Dr Abderrahman El Abrak, Directeur des services vétérinaires du Maroc, a notifié à l’Organisation mondiale de la santé animale (OIE), l’apparition d’un foyer de la fièvre aphteuse dans une exploitation de 17 bovins et 14 ovins située à Douar Lmouarid dans la commune rurale Bouhmame, relevant de la province de Sidi Bennour (province à l’ouest du pays) (Figure 1). Sur les 17 bovins présents dans l’exploitation, dix bovins présentaient des signes cliniques puis ont été confirmés infectés par le virus de la fièvre aphteuse sérotype O par des analyses réalisées au Laboratoire régional d'analyses et de recherche de Casablanca. Des mesures de lutte ont été mises en place par les autorités afin de limiter la propagation de la maladie aux exploitations voisines : désinfection des bâtiments infectés, quarantaine, surveillance à l’extérieur de la zone de confinement ou de protection, abattage sanitaire, destruction officielle de tous les produits d'origine animale, destruction officielle des cadavres, des produits dérivés et des déchets, surveillance à l’intérieur de la zone de confinement ou de protection.

Partager :

vache2Un cas d’ESB classique a été détecté en Irlande sur un bovin provenant d'un élevage de 289 bovins (suspicion le 9/06 et confirmation le 25/06). Il s'agit du premier cas depuis 2013 en Irlande. L'animal est mort dans l'exploitation et a été testé dans le cadre du programme de surveillance à l’équarrissage des animaux morts de plus de 48 mois. L’animal atteint était né le 14 janvier 2010 (et donc âgé de 65 mois au moment de sa mort). L’animal était né, avait été élevé et avait passé toute sa vie dans la même exploitation. L’éleveur a indiqué que l’animal  avait présenté des signes cliniques en février 2015 mais s'était ensuite rétabli.

L’état de santé de l'animal s'étant à nouveau dégradé au début du mois de juin 2015, l’éleveur avait pris la décision de l’euthanasier.


Partager :
Bulletin vignetteBulletin Epidémiologique - Ahead of print

Marie-Frédérique Le Potier (1), Elena Arsevska (2), Clara Marcé (3)
(1)    Anses, Laboratoire de Ploufragan - Plouzané, Laboratoire national de référence pour la peste porcine africaine, Ploufragan, France
       (2)    Cirad, UMR CMAEE, Montpellier, France
       (3)    Direction générale de l’alimentation, Bureau de la santé animale, Paris, France
 

Suite à l’introduction en 2007 en Géorgie d’une souche de virus de la peste porcine africaine (PPA) dont l’origine d’Afrique de l’Est ou de Madagascar a été confirmée par séquençage moléculaire (Rowlands et al 2011), la maladie s’est très vite étendue aux pays voisins. Dès 2008, elle a été détectée au sein de la Fédération de Russie où elle s’est endémisée dans la région du Caucase.


Partager :

Pages

 

Liens utiles

Organismes Internationaux

  • OIE (Organisation mondiale de la santé animale)
  • FAO EMPRES (Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture)
 

​​Organismes Européens

  • ECDC (Centre Européen de prévention et contrôle de maladies)​
  • EFSA (Autorité Européenne de sécurité des aliments)
  • ​DG SANCO (Directorat General de santé et de consommateurs)
 

Organismes Nationaux

  • InVS (Institut de veille sanitaire)
  • Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail)

Plateformes de veille Internet

Zircon - This is a contributing Drupal Theme
Design by WeebPal.