Information sanitaire

PT004310

Elena Arsevska (elena.arsevska@cirad.fr) (1) dans le cadre de la Veille internationale de la Plateforme ESA*

* Contributeurs : Didier Calavas (2), Morgane Dominguez (3), Hélène Guis (1), Pascal Hendrikx (3), Renaud Lancelot (1), Bruno Peiffer (4), Jean-Baptiste Perrin (5)

La Sardaigne, île voisine de la Corse, est souvent confrontée à des introductions de virus de la fièvre catarrhale ovine (FCO). Selon le système d’information WAHID de l’OIE, plusieurs sérotypes de ce virus (bluetongue virus, BTV) y ont été identifiés depuis 2006 : BTV-1, 2, 4, 8, 9 et 16. Certains sont aussi présents en Afrique du Nord (BTV-1, 2 et 4) et en Europe du Sud-est (BTV-9). Le nombre de foyers ainsi que les sérotypes de BTV déclarés depuis 2006 sont représentés sur la Figure 1.

Lire toute la brève sur le site du Bulletin épidémiologique


Partager :

La Lituanie a déclaré la mise en évidence le 24 janvier 2014 de la peste porcine africaine (PPA) chez deux sangliers sauvages tirés pendant des actions de chasse dans deux sites du Sud du pays (lien vers article de presse). Cette mise en évidence fait suite à la constatation depuis quelques semaines de mortalités de sangliers (qui avaient initialement attribuées à la pasteurellose).

 Des mesures de gestion ont immédiatement été mises en place dans le pays : une zone d’interdiction de mouvements des porcs domestiques, de surveillance et renforcement des mesures de bio-securité en élevage, et de surveillance renforcée des sangliers sauvages a été définie, et une campagne de sensibilisation auprès des éleveurs et chasseurs est en cours (voir page des services vétérinaires officiels lituaniens).

Ces foyers font suite à d’autres évènements en matière de PPA survenus à proximité de la frontière Est de l’Europe. Depuis 2013, la Russie déclare des foyers de PPA en élevage de porcs type « de basse-cour » dans plusieurs provinces proches de l’Ukraine, du Kazakhstan ou de la Biélorussie. En juin 2013, la Biélorussie a déclaré également des cas à 40km de la frontière lituanienne (voir article dans le BE 58),  et en janvier 2014, l'Ukraine a déclaré la découverte d'un sanglier infecté mort dans une rivière à quelques mètres de la frontière avec la Russie.


Partager :

crédit photo : www.flickr.com (¯`¤.TheSnake.¤´¯) Au 5 novembre 2013, 123 foyers de FCO à BTV-1 ont été confirmés en Corse par le laboratoire national de référence de l'Anses Maisons-Alfort, dont 68 dans le département de Haute Corse et 55 dans le département de Corse du Sud. Au total, 91.5% des foyers confirmés sont des élevages ovins, 5% des élevages caprins et 3.5% élevages bovins.

Une campagne de vaccination généralisée, obligatoire et prise en charge par l'État, a été organisée afin d'enrayer la propagation du virus. Cette campagne, d'une durée de six mois, concerne les espèces bovine, ovine et caprine.

La surveillance clinique se poursuit, de manière à identifier les nouveaux cas et suivre l'évolution du nombre de foyers. La surveillance programmée en abattoir, qui visait à démontrer l'absence de circulation virale, a été quant à elle été interrompue. Un nouveau dispositif de surveillance programmée sera défini en 2014, selon l'évolution de la situation sanitaire.

L'introduction du sérotype 1 de la FCO en Corse montre l'importance de maintenir un haut degré de vigilance clinique vis-à-vis de cette maladie. Les éleveurs et les vétérinaires de France continentale doivent rester vigilants et informer leur DDcsPP sans délai s'ils observent des signes cliniques évocateurs de FCO, la surveillance clinique restant l’un des moyens de détection les plus précoces en zone indemne [Signes cliniques évocateurs de FCO].


Partager :

altLa présence du virus de la FCO, sérotype 1, a été confirmée en Corse du Sud le 05/09/2013 par le LNR Anses - Maisons Alfort, après la notification le 02/09/2013 de suspicions cliniques dans deux élevages.

A ce jour, quatre foyers sont confirmés et une dizaine d'autres sont suspects. Ces élevages ont été placés sous surveillance, et les animaux sensibles présents dans les élevages confirmés vont être vaccinés, conformément à la réglementation actuellement en vigueur. Les dérogations permettant aux animaux provenant de Corse d'être déplacés sur le continent avec des contraintes allégées par rapport à la réglementation européenne sont supprimées.

L'apparition de ces foyers ne remet pas en cause le statut indemne de la France continentale.


Partager :

Deux nouveaux foyers d’IAHP à H7N7 ont été confirmés dans le nord-est de l’Italie (province d’Emilia-Romagna) :

 - Un troisième foyer situé dans la zone de surveillance du premier, mis en évidence le 23 août au sein d'un élevage de 19 850 dindes de chair (rapport OIE et carte) ;

- Un quatrième foyer mis en évidence le 28 août dans un élevage de 121 075 poules pondeuses (rapport OIE et carte). 

Un CPCASA exceptionnel a eu lieu à Bruxelles lundi 26 août. Les autorités italiennes ont présenté la situation (consulter la présentation). Une décision en cours de publication définit les zones de restriction de 3 et 10 kms et une zone élargie.

Vous êtes désormais invités à suivre l’évolution de la situation épidémiologique de l’influenza aviaire hautement pathogène en Italie sur le site de l’OIE et celui de l’Istituto zooprofilattico sperimentale delle Venezie. Seules les évolutions épidémiologiques majeures seront relayées sur le Centre de ressources de la Plateforme ESA.


Partager :

Un second foyer d'IAHP à H7N7 a été identifié en Italie le 21 août au sein d'un élevage de 585000 poules pondeuses situé dans la Province de Bologne, région d’Émilie Romane (rapport OIE) (carte détaillée).
Selon les informations communiquées par les autorités italiennes  ce deuxième foyer est en lien épidémiologique avec le premier foyer (livraison d’œufs vers un centre d'emballage).


Partager :

Un foyer domestique d’influenza aviaire hautement pathogène à virus H7N7 a été notifié dans la province d’Emilia-Romagna dans le nord-est de l’Italie. Les signes de la maladie avaient été détectés dans cet élevage industriel de 128 000 poules pondeuses le 10 août ; l’infection a été confirmée par analyse virologique (Notification OIE et carte (méthode de caractérisation de la pathogénicité non précisée),  Izsvenezie).

Il s’agit de la première notification d'un foyer domestique d’IAHP en Europe de l’ouest depuis plusieurs années. L’origine de la contamination n’est pas formellement identifiée à ce stade mais l'hypothèse d'une mutation d'une souche H7 faiblement pathogène est émise par les autorités italiennes.

Selon les requêtes TRACES réalisées entre le 14 juin et le 17 août, aucune introduction en provenance de la province concernée par le foyer n'a été faite en France. Le niveau de risque épizootique est inchangé mais la vigilance doit être permanente (Note DGAL/SDSPA/N2013-8047 du 27 février 2013 : mesures de surveillance et de biosécurité).


Partager :

PT004310Ahead of print

Nicolas Rose1, Marie-Frédérique Le Potier1

Fin avril 2013, les premiers cas de diarrhée épidémique porcine (DEP) (ou PED pour Porcine Epidemic diarrhea en anglais) ont été détectés aux Etats-Unis alors que cette maladie n’avait jamais été décrite auparavant sur le continent américain. Aujourd’hui, plus de 200 sites porcins ont été infectés (Figure 1), la majorité d’entre eux se trouvant dans les États à forte concentration porcine : Iowa, Minnesota, Indiana principalement et récemment en Oklahoma (60 cas depuis le mois de juin). Quelques cas ont été décrits en Ohio, Colorado, Missouri, Illinois, Michigan, Nebraska et Dakota du sud. Le coronavirus responsable de cette maladie, proche de celui de la gastro-entérite transmissible (GET), n’avait jamais été détecté aux Etats-Unis jusqu’ici. Ce virus touche les porcs de tous âges, mais entraîne principalement de la mortalité chez les porcelets avant sevrage (jusqu’à 95%). La maladie est par ailleurs enzootique dans de nombreux pays d’Asie orientale.

 


Partager :

PT004310Ahead of print

Marie-Frédérique Le Potier1, Clara Marcé2

Le 21 juin 2013, les autorités sanitaires biélorusses ont notifié à l’OIE un premier foyer de Peste Porcine Africaine (PPA) dans la région de Grodno, à une quarantaine de kilomètres de la frontière Lituanienne et à environ 150 kilomètres de la frontière avec la Pologne (Figure 1). Depuis plusieurs semaines, des rumeurs circulaient sur la possible présence de PPA en Biélorussie, mais la suspicion avait été écartée lorsqu’une souche hautement virulente de SDRP avait été mise en évidence dans un élevage à Vostochny dans la région de Brest(déclaration OIE du 24/05/2013).


Partager :

altUn foyer de peste porcine africaine (PPA) a été confirmé chez des porcs en Biélorussie dans une zone proche de la frontière avec la Pologne, et notifié à l’OIE le 21 juin 2013 [Consulter la notification OIE de PPA en Biélorussie]. Il s’agit de la première occurrence de la PPA dans ce pays, l'origine de l'infection n'est pas identifiée.

La PPA a été introduite en Fédération de Russie en 2007, probablement à la suite de mouvements de sangliers sauvages infectés, et s’est progressivement propagée au sein de la filière porcine dans ce pays. Elle a ensuite touché l'Ukraine en 2012 [Consulter la notification OIE de PPA en Ukraine].

La diffusion à de nouveaux territoires, notamment européens, à partir des zones infectées, représente une menace au sujet de laquelle les organismes internationaux multiplient les appels à la vigilance depuis 2008. La diffusion de la PPA peut par exemple résulter de mouvements de suidés sauvages infectés ou de la consommation par des porcins de résidus alimentaires contaminés [Alerte de la FAO de mai 2013 sur le risque de diffusion de la PPA à partir de la Fédération de Russie vers l’Europe - Documents techniques - Monographie]

La situation de la PPA en Russie et en Biélorussie a fait l'objet d'une analyse de risque préliminaire par le Defra en date du 24 juin 2013.

 La note de service DGAL/SDSPA/N2013-8111 du 9 juillet 2013 « Maintien de la vigilance sur le territoire national en matière de pestes porcines » apelle à la vigilance et rappelle les mesures de biosécurité à adopter.


Partager :

Pages

 

Liens utiles

Organismes Internationaux

  • OIE (Organisation mondiale de la santé animale)
  • FAO EMPRES (Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture)
 

​​Organismes Européens

  • ECDC (Centre Européen de prévention et contrôle de maladies)​
  • EFSA (Autorité Européenne de sécurité des aliments)
  • ​DG SANCO (Directorat General de santé et de consommateurs)
 

Organismes Nationaux

  • InVS (Institut de veille sanitaire)
  • Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail)

Plateformes de veille Internet

Zircon - This is a contributing Drupal Theme
Design by WeebPal.