Italie

Stéphanie Franco, Marion Laurent, Pascal Hendrikx

Quatre nouveaux foyers d’infestation par le petit coléoptère des ruches ont été détectés en Calabre les 25 et 28 juillet 2016. Ils sont situés à 100 Km environ de la première zone de protection établie à Gioia Tauro en septembre 2014.


Partager :

Alizé Mercier (1,2), Didier Calavas (3)

(1) Cirad, UMR Contrôle des maladies animales exotiques et émergentes (CMAEE), Montpellier, France
(2) Inra, UMR 1309 CMAEE, Montpellier, France
(3) Unité Epidémiologie, Anses-Lyon, France

Depuis le dernier point, l’Italie a confirmé le 16 mai 2016 un deuxième foyer d’influenza aviaire hautement pathogène (IAHP) de sous-type H7 qui aurait débuté le 13 mai dans une exploitation de dindes (filière chair). L’élevage de 49 472 animaux a été dépeuplé, et comptait 2 170 animaux malades (4,39% de morbidité) dont 170 animaux morts (0,34% de mortalité). Ce deuxième foyer se situe dans la zone de protection de 3 km établie autour du foyer primaire d’H7N7 déclaré le 2 mai 2016.


Partager :

Alizé Mercier (1,2), Didier Calavas (3)

(1) Cirad, UMR Contrôle des maladies animales exotiques et émergentes (CMAEE), Montpellier, France
(2) Inra, UMR 1309 CMAEE, Montpellier, France
(3) Unité Epidémiologie, Anses-Lyon, France
 
Le 2 mai 2016, l’Italie a déclaré auprès de l’OIE un foyer d’influenza aviaire hautement pathogène (IAHP) de sous-type H7N7 dans la région de Ferrare (Emilie-Romagne). La maladie a été détectée le 29 avril 2016 suite à une forte augmentation de la mortalité et une baisse de ponte au sein d’un élevage biologique de poules en plein air.


Partager :
aethinaMise à jour 2 septembre 2015
Marie-Pierre CHAUZAT

Depuis le début de l’année 2015, aucun foyer d'A. tumida n'a été observé en Italie (ni en Calabre, ni en Sicile). De nombreuses divisions de colonies ont été réalisées au printemps dans la zone de protection en Calabre (20 km de rayon) pour éviter l'essaimage naturel des colonies, pouvant constituer des réservoirs sauvages de l’agent. Tous les essaims artificiels ont été examinés pour détecter A. tumida et aucun coléoptère n'a été observé. Entre avril et mai 2015, environ 300 essaims sauvages (naturels) ont été récupérés et examinés. Aucun A. tumida n'a été détecté dans ces essaims.

La carte actuellement disponible sur le site du laboratoire national de référence italien date du 7 juillet 2015. Elle sera actualisée prochainement.


Partager :

Dinde Jean Christophe Blanquart flickrL’Italie a déclaré à l’OIE le 16 décembre 2014 un foyer d’IAHP H5N8 en Vénétie (Figure 1). Le foyer est un élevage de 31 985 dindes, 1 219 malades et morts soit 3,81 %. L’abattage total est en cours.

Cet élevage appartient à une entreprise ayant des élevages dans plusieurs régions en Italie.

Vous pouvez télécharger la déclaration à l'OIE.


Partager :

 

PT004310Ahead of print    Figure 3 webFigure 2 web

Marie-Pierre Chauzat (1,2) (marie-pierre.chauzat@anses.fr), Stéphanie Franco (1), Véronique Duquesne (1), Marie-Pierre Rivière (1), Richard Thiéry (1), Fayçal Meziani (3), Pascal Hendrikx (2), Magali Ribière-Chabert (1), Franco Mutinelli (4)

          (1)    Anses, Unité de pathologie de l’abeille, Laboratoire national de référence sur les maladies des abeilles, Laboratoire de référence de l’Union européenne pour la santé de l’abeille, Sophia Antipolis, France
          (2)    Anses, Unité de coordination et d’appui à la surveillance, Maisons-Alfort, France
          (3)    Direction générale de l’alimentation, Sous-direction de la santé et de la protection animale, de la qualité et de la protection des végétaux, Paris, France
          (4)    Istituto Zooprofilattico Sperimentale delle Venezie, Centro di referenza nazionale per l’apicoltura, Legnaro (Padova), Italie

Jusque-là absent du territoire européen, la présence d'Aethina tumida (petit coléoptère des ruches) a été notifiée dans le Sud de l'Italie en Calabre le 5 septembre 2014 suite à la découverte du ravageur par l'équipe du professeur Palmeri (Palmeri et al. under press). Des larves et des adultes d'A. tumida ont été mises en évidence dans un rucher de trois colonies situé dans un verger de clémentiniers à proximité d'un important port maritime international (Figure 1). Le diagnostic morphologique a été réalisé localement puis confirmé par le laboratoire national de référence (LNR) italien à Padoue. L'identification a été également confirmée par le Laboratoire de référence de l'Union européenne (LR-UE) pour la santé de l'abeille au moyen de méthodes moléculaires.


Partager :

Crédit photo : Michael Newton www.flickr.comDes manifestations pathologiques liées à des coronavirus ont été décrites récemment chez le porc en Allemagne et en Italie.

Dans un article publié en septembre (Henniger and Schwarz, Porcine epidemic diarrhoea (PED) – Neuausbrüche in deutschen Mastschweinebeständen, 2014, Tierärzliche Umschau, 69, 394-397) les auteurs décrivent un épisode pathologique au début de l’été 2014 dans le Nord-Ouest de l’Allemagne. Un lot de 400 porcs en début de phase d’engraissement (animaux de 30 Kg) a manifesté un épisode diarrhéique avec ténesme, apathie, anorexie et température rectale de 39,0 à 40,6°C. Le retour à la normale a été observé dès le 8ème jour. Plusieurs agents pathogènes ont été recherchés sans succès (E coli, salmonelles, Brachyspira, rotavirus), et finalement un Coronavirus a été détecté par RT-PCR multiplex. Les données partielles de biologie moléculaire indiquent que la souche isolée n’est pas totalement identique à la souche épizootique circulant actuellement en Amérique du Nord et en Asie.


Partager :

SHB Italy Sept2014 Calabre 14 small

La dernière mise à jour de cet article a été réalisée le 16 mars 2015. cet article ne sera plus mis à jour et présente l'historique de l'infestation par A. tumida en Italie de septembre 2014 à mars 2015. La situation 2015 sera quant à elle mise à jour dans un article spécifique pour 2015.

Le LNR italien a conduit une étude sur la présence de coléoptères dans les fruits pourris récoltés dans la région de Calabre. Aucune larve et aucun adulte d’A. tumida n’a été détecté dans les agrumes et les kiwis pourris.

Les cartes mises à jour le 16 mars 2015 ne montrent pas de foyers supplémentaires d'Aethina tumida en Italie du Sud. Un total de 61 foyers a été détecté en Calabre et en Sicile (un seul foyer) depuis la première détection le 5 septembre 2014. La surveillance des ruchers est actuellement ralentie par les températures froides de cette fin d'hiver. Cependant, les visites effectuées ne mettent pas en évidence de nouveaux foyers depuis la fin décembre 2014.

La localisation exacte des 61 foyers et la date de leur confirmation sont disponibles sur ce lien. Les zones de protection (20 km) autour des foyers sont indiquées dans les cartes 1 (Calabre) et 2 (Sicile). La zone de surveillance (100 km) autour des foyers est indiquée dans la carte 3. Ces cartes ont été mises à jour par les autorités italiennes le 16 mars 2015.

Des informations sont également disponibles sur le site du laboratoire italien de référence pour les maladies des abeilles.

Une brève présentation en anglais de l'étude sur la présence d'Aethina tumida dans les fruits pourris est consultable ICI.


Partager :
Cette note a été préparée par le LRUE santé de l'abeille (Laboratoire Anses-Sophia Antipolis)

SHB FERA YORK ENGLAND smallL’introduction du petit coléoptère de la ruche (Aethina tumida), organisme exotique à l’Europe, a été diagnostiquée dans le sud de l’Italie en Calabre le 11 septembre 2014.

Cette infestation a été suspectée le 5 septembre 2014 dans un rucher de trois colonies de petite taille (nucléi) localisées sur la commune de Gioia Tauro (nom de la localité : Sovereto, en Calabre) à proximité d’un important port maritime qui est retenu comme possible lieu d’introduction. Des larves et des coléoptères adultes ont été mis en évidence. Le diagnostic morphologique a été réalisé localement par l’Université puis confirmé par le Laboratoire national de référence (LNR) italien (IZS delle Venezie, Padua) le 11 septembre. Des prélèvements ont été envoyés au Laboratoire de référence de l’Union européenne (LRUE) pour la santé de l’abeille (Anses, Laboratoire de Sophia-Antipolis, France) pour confirmation. L’analyse morphologique des spécimens reçus (larves et adultes) a permis de confirmer l‘identification d’Aethina tumida.

 


Partager :

En Europe de l’Ouest, la Peste porcine africaine (PPA) est uniquement présente en Sardaigne, depuis 1978. Après l’épizootie initiale, la PPA a connu deux pics épizootiques en 1995 (145 foyers) puis en 2004 (248 foyers) et 2005 (195 foyers).

Une recrudescence est observée depuis 2012 (100 foyers). Depuis début 2013, la totalité de l’île est infectée par le virus de la PPA. Le bilan à la fin août 2013 faisait état de 105 foyers dans la population porcine domestique et de neuf foyers chez les sangliers. Des mesures de contrôle renforcé sont mises en œuvre depuis 2013.

L’évolution de la maladie dans l’avenir va dépendre de l’application de nouvelles mesures de contrôle et de biosécurité, essentielles pour prévenir la transmission du virus entre élevages.

Vous pouvez consulter l'article entiere sur http://www.ansespro.fr/bulletin-epidemiologique/Documents/Breve-PPAsardaigne_2402.pdf


Partager :

Pages

 

Liens utiles

Organismes Internationaux

  • OIE (Organisation mondiale de la santé animale)
  • FAO EMPRES (Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture)
 

​​Organismes Européens

  • ECDC (Centre Européen de prévention et contrôle de maladies)​
  • EFSA (Autorité Européenne de sécurité des aliments)
  • ​DG SANCO (Directorat General de santé et de consommateurs)
 

Organismes Nationaux

  • InVS (Institut de veille sanitaire)
  • Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail)

Plateformes de veille Internet

Zircon - This is a contributing Drupal Theme
Design by WeebPal.