Pestes aviaires

canard alexandre alacchi flickrLe Defra (ministère de l'agriculture britannique) a confirmé que le cas d'IAHP détecté dans un élevage de canards du North Yorkshire (voir note d'information du 17 novembre 2014) était dû à un virus de type H5N8, identique à ceux isolés récemment en Allemagne et aux Pays-Bas.

Source twitter Defra relayé par BBC news


Partager :

poule Astrid flickrFoyer d’influenza aviaire hautement pathogène (IAHP) H5N8 aux Pays-Bas (second foyer en Europe d’IAHP H5N8) et évolution de la situation mondiale depuis le 7 novembre 2014

Véronique Jestin Anses Laboratoire de Ploufragan, responsable Unité VIPAC et LNR influenza aviaire maladie de Newcastle

Foyer survenu aux Pays-Bas chez des poules pondeuses

 

Après le 1er foyer survenu dans le Nord Est de l’Allemagne[1] dans un élevage de dindes le 4 novembre dernier et notifié à l’OIE le 6 novembre, un foyer détecté[2] le 14 novembre aux Pays-Bas dans la province d’Utrecht à une trentaine de km à l’est d’Amsterdam dans un élevage de 150 000 poules pondeuses et de poules reproductrices maintenues en claustration, a été confirmé le 16 novembre par le Laboratoire national de référence néerlandais (CVI Wageningen) et notifié le même jour à l’OIE. La morbidité et la mortalité ont été de 0,67 % (1 000 volailles). Le virus a été détecté aux Pays-Bas avec les méthodes officielles en vigueur dans les Etats-membres de l’EU (comme le virus H5N8 en Allemagne). Sur la base de données de séquençage très préliminaires, le virus H5N8 des Pays-Bas présente le même motif au niveau du site de clivage de l’hémagglutinine que le virus H5N8 détecté en Allemagne (cf. note du 7 novembre). Un séquençage plus complet est en cours. De ce fait, il est pour le moment délicat de spéculer sur la source de contamination de cet élevage ; cependant si le virus est bien similaire ou proche, et si l’absence de lien épidémiologique est démontrée entre le foyer allemand et le foyer hollandais, cela ne fera que renforcer l’hypothèse d’un rôle des oiseaux sauvages dans la diffusion du virus.


Partager :

canard  OliBac flickr 2Un foyer d’Influenza aviaire hautement pathogène a été confirmé dans un élevage de canards du North Yorkshire (Figures 1 et 2) (source DG Sanco et Defra). Il s’agit d’un élevage en claustration de 6 000 canards. L’ensemble des animaux est en cours d’abattage et des zones de protection et de surveillance (respectivement de 3km et de 10km) ont été établies autour du foyer. Les mesures de gestion ont été précisées par le Defra (Ministère de l'agriculture britannique https://www.gov.uk/government/uploads/system/uploads/attachment_data/file/375553/ai-pz-driffield-1411016.pdf)

Le virus est du sous type H5 et la caractérisation de la neuraminidase est en cours. Pour l’instant, ce virus est donc de type H5N? Il est donc possiblement identique aux virus H5N8 isolés récemment en Allemagne et aux Pays-Bas.

 


Partager :

dinde marie flickrFoyer d’influenza aviaire H5N8 hautement pathogène en Allemagne : origine possible et danger à la lumière des caractéristiques des virus H5N8 récemment isolés

Véronique Jestin, LNR Influenza aviaire, Anses Ploufragan (Dans le cadre de la Veille sanitaire internationale)

Un foyer d’influenza aviaire (IA) hautement pathogène (HP) a été détecté le 5 novembre 2014 au nord-est de l’Allemagne (Land de Mecklenburg - Poméranie occidentale) en bordure de la mer Baltique et de la Pologne (Figure 1) dans un élevage de dindes de chair d’un effectif de 31 000 têtes. Les animaux présentaient des signes cliniques, ainsi qu’une morbidité proche de 16 % (5 000 oiseaux) et une mortalité de 6 % (1 880 oiseaux). Ce cas a fait l’objet d’une notification le 6 novembre à l’OIE (http://www.oie.int).


Partager :

PT004310

Pascal Hendrikx, Rozenn Souillard, Meyada Benkacimi, Didier Boisseleau, Hélène Sadones

Une évaluation du dispositif de surveillance national des  pestes aviaires a été effectuée à l’aide de la méthode OASIS (outil d'analyse des systèmes de surveillance) dans le cadre des activités de la Plateforme ESA. Les principaux acteurs  du dispositif ont été consultés à l’échelon central, ainsi que  dans quatre départements représentatifs, selon différentes situations épidémiologiques et modalités de surveillance.  Les résultats indiquent une surveillance globale de bonne  qualité et permettent d’identifier des pistes d’amélioration  dans les domaines de l’animation, du renforcement de la  surveillance événementielle des oiseaux sauvages, de la  gestion des suspicions et de la gestion des données.

Télécharger l'article du BE

Télécharger le rapport d'évaluation 


Partager :

poultry5 unitedsoybeanboard flickrLa Direction générale de l’alimentation (DGAl) a demandé, dans le cadre des activités de la Plateforme ESA, la réalisation d’une évaluation du dispositif de surveillance des pestes aviaires en France métropolitaine en utilisant la méthode OASIS. Une équipe d'évaluation a été constituée avec trois personnes externes (Anses) et deux personnes du gestionnaire du dispositif de surveillance (DGAl).

Le groupe de suivi pestes aviaires de la Plateforme ESA a été chargé de suivre l’avancement de cette évaluation, assurer une organisation fluide des différentes étapes du travail et de suivre la mise en place des modifications demandées par la DGAl sur la base de cette évaluation.

Télécharger le rapport d'évaluation


Partager :

PT004310Ahead of print

 Rozenn Souillard (1), Jean Yves Toux (1), Sophie Le Bouquin (1), Hélène Sadonès (2)*, Virginie Michel (1)

Entre le 15 août et le 5 septembre 2013, six foyers d’Influenza aviaire hautement pathogène (IAHP) à H7N7 ont été notifiés dans le Nord-est de l’Italie dans les provinces de Ferrara et de Bologne de la région d’Emilie-Romagne. Le détail de la situation épidémiologique fait l'objet d'une brève dans le Bulletin épidémiologique.

(1) Anses, Laboratoire de Ploufragan-Plouzané, France
(2) Direction générale de l’alimentation, Bureau de la santé animale, Paris, France
* Membre de l’équipe opérationnelle de la Plateforme nationale de surveillance épidémiologique en santé animale (Plateforme ESA)


Partager :

Deux nouveaux foyers d’IAHP à H7N7 ont été confirmés dans le nord-est de l’Italie (province d’Emilia-Romagna) :

 - Un troisième foyer situé dans la zone de surveillance du premier, mis en évidence le 23 août au sein d'un élevage de 19 850 dindes de chair (rapport OIE et carte) ;

- Un quatrième foyer mis en évidence le 28 août dans un élevage de 121 075 poules pondeuses (rapport OIE et carte). 

Un CPCASA exceptionnel a eu lieu à Bruxelles lundi 26 août. Les autorités italiennes ont présenté la situation (consulter la présentation). Une décision en cours de publication définit les zones de restriction de 3 et 10 kms et une zone élargie.

Vous êtes désormais invités à suivre l’évolution de la situation épidémiologique de l’influenza aviaire hautement pathogène en Italie sur le site de l’OIE et celui de l’Istituto zooprofilattico sperimentale delle Venezie. Seules les évolutions épidémiologiques majeures seront relayées sur le Centre de ressources de la Plateforme ESA.


Partager :

Un second foyer d'IAHP à H7N7 a été identifié en Italie le 21 août au sein d'un élevage de 585000 poules pondeuses situé dans la Province de Bologne, région d’Émilie Romane (rapport OIE) (carte détaillée).
Selon les informations communiquées par les autorités italiennes  ce deuxième foyer est en lien épidémiologique avec le premier foyer (livraison d’œufs vers un centre d'emballage).


Partager :

Un foyer domestique d’influenza aviaire hautement pathogène à virus H7N7 a été notifié dans la province d’Emilia-Romagna dans le nord-est de l’Italie. Les signes de la maladie avaient été détectés dans cet élevage industriel de 128 000 poules pondeuses le 10 août ; l’infection a été confirmée par analyse virologique (Notification OIE et carte (méthode de caractérisation de la pathogénicité non précisée),  Izsvenezie).

Il s’agit de la première notification d'un foyer domestique d’IAHP en Europe de l’ouest depuis plusieurs années. L’origine de la contamination n’est pas formellement identifiée à ce stade mais l'hypothèse d'une mutation d'une souche H7 faiblement pathogène est émise par les autorités italiennes.

Selon les requêtes TRACES réalisées entre le 14 juin et le 17 août, aucune introduction en provenance de la province concernée par le foyer n'a été faite en France. Le niveau de risque épizootique est inchangé mais la vigilance doit être permanente (Note DGAL/SDSPA/N2013-8047 du 27 février 2013 : mesures de surveillance et de biosécurité).


Partager :

Pages

 

Liens utiles

Organismes Internationaux

  • OIE (Organisation mondiale de la santé animale)
  • FAO EMPRES (Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture)
 

​​Organismes Européens

  • ECDC (Centre Européen de prévention et contrôle de maladies)​
  • EFSA (Autorité Européenne de sécurité des aliments)
  • ​DG SANCO (Directorat General de santé et de consommateurs)
 

Organismes Nationaux

  • InVS (Institut de veille sanitaire)
  • Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail)

Plateformes de veille Internet

Zircon - This is a contributing Drupal Theme
Design by WeebPal.