VSI

Mots-clés: 

Alizé Mercier 1,2, Julien Cauchard 3
 
(1) Cirad, UMR1309 Contrôle des maladies animales exotiques et émergentes (CMAEE), Montpellier, France
(2) Inra, UMR 1309 CMAEE, Montpellier, France
(3) Anses, Laboratoire de Lyon, Unité Epidémiologie, Lyon, France
 
Sources : médias (The Pig Site, National Hog Farmer) relayés par Promed-mail

Le senecavirus, anciennement appelé le virus de la Vallée Sénéca, appartient à la famille des Picornaviridae (Sing et al. 2012). Le senecavirus A est la seule espèce du genre Senecavirus, et ne possède qu’un seul sérotype, le sérotype 1 (SVV-1). Le senecavirus est à l’origine d’une maladie vésiculaire chez les porcs (seule espèce pouvant être atteinte) qui entraine l’apparition d’aphtes au niveau de la sphère buccale et des pattes, et qui ressemble à la fièvre aphteuse. La maladie a été rapportée en Nouvelle-Zélande, en Australie, au Canada et aux Etats-Unis (Floride, Iowa et plus récemment Indiana) (Pasma et al. 2008, Amass et al. 2004, Gibbs et al. 1983, Munday et al. 1982). Le virus est apparu aux Etats-Unis en 2002 et a depuis ré-émergé dans la région, notamment dans le nord-ouest du pays (Sing et al. 2012).


Partager :

  Alizé Mercier 1,2, Julien Cauchard 3, Marie-Frédérique Le Potier 4
 
(1) Cirad, UMR1309 Contrôle des maladies animales exotiques et émergentes (CMAEE), Montpellier, France
(2) Inra, UMR 1309 CMAEE, Montpellier, France
(3) Anses, Laboratoire de Lyon, Unité Epidémiologie, Lyon, France
(4) Anses, Laboratoire de Ploufragan-Plouzané, LNR PPA, France

 Sources : données FAO Empres-i (http://empres-i.fao.org extraites le 28/09/2016)


Partager :

  Alizé Mercier 1,2, Julien Cauchard 3
 
 (1) Cirad, UMR1309 Contrôle des maladies animales exotiques et émergentes (CMAEE), Montpellier, France
 (2) Inra, UMR 1309 CMAEE, Montpellier, France
 (3) Anses, Laboratoire de Lyon, Unité Epidémiologie, Lyon, France
  

 Source : OIE, médias

 La peste porcine africaine (PPA) s’étend depuis l’Ukraine et touche à présent la Moldavie en se rapprochant de la Roumanie par une autre de ses frontières.


Partager :

Julien Cauchard 1, Alizé Mercier 2,3, Laure Bournez 4
 
(1) Anses, Laboratoire de Lyon, Unité Epidémiologie, Lyon, France
(2) Inra, UMR 1309 CMAEE, Montpellier, France


Partager :

Mots-clés: 

Alizé Mercier (1,2), Julien Cauchard (3)
 
(1) Cirad, UMR Contrôle des maladies animales exotiques et émergentes (CMAEE), Montpellier, France
(2) Inra, UMR 1309 CMAEE, Montpellier, France
(3) Unité Epidémiologie, Anses-Lyon, France
 
La dermatose nodulaire contagieuse bovine (DNCB) continue sa progression dans les Balkans avec dernièrement des déclarations de foyers en Albanie et au Kosovo (Tableau 1, Figure 1). Tous les pays atteints ont mis en place une vaccination sur tout ou partie de leur territoire. Le risque de propagation dans la région reste élevé. Une diminution du nombre de foyers déclarés a été observée pour le mois d’août, mais il se peut que cette diminution ne soit pas représentative de la situation épidémiologique réelle et soit due à des délais de notification générés par exemple par la période des vacances scolaires (Figure 2). En effet, les données d’août et de septembre 2016 peuvent être incomplètes du fait du décalage entre la détection et la déclaration d’un foyer.


Partager :

Julien Cauchard 1, Sylvain Falala 2,3, Laure Bournez 4, Alizé Mercier 2,3
 
(1) Anses, Laboratoire de Lyon, Unité Epidémiologie, Lyon, France
(2) Inra, UMR 1309 CMAEE, Montpellier, France


Partager :

Mots-clés: 

Alizé Mercier (1,2), Julien Cauchard (3)
(1) Cirad, UMR Contrôle des maladies animales exotiques et émergentes (CMAEE), Montpellier, France
(2) Inra, UMR 1309 CMAEE, Montpellier, France
(3) Unité Epidémiologie, Anses-Lyon, France

 
Dans le cadre du groupe de suivi de la dermatose nodulaire contagieuse bovine (DNCB) de la plateforme ESA, un article intitulé «Dermatose nodulaire contagieuse des bovins : état des connaissances et situation épidémiologique dans les Balkans au 31 juillet 2006 » a été rédigé sur l’état actuel des connaissances et la progression de la DNCB dans le Sud-Est de l’Europe (lien). Les figures de l'article (mise à part les photos) ont été mises à jour au 20 septembre 2016 et sont présentées ci-dessous. Depuis la dernière mise à jour, de nouveaux foyers ont été déclarés principalement en Albanie et au Kosovo.


Partager :

Mots-clés: 

Alizé Mercier (1,2), Julien Cauchard (3)
(1) Cirad, UMR Contrôle des maladies animales exotiques et émergentes (CMAEE), Montpellier, France
(2) Inra, UMR 1309 CMAEE, Montpellier, France
(3) Unité Epidémiologie, Anses-Lyon, France
 

Dans le cadre du groupe de suivi de la dermatose nodulaire contagieuse bovine (DNCB) de la plateforme ESA, un article a été rédigé sur l’état actuel des connaissances et la progression de la DNCB dans le Sud-Est de l’Europe. Cet article, intitulé «Dermatose nodulaire contagieuse des bovins : état des connaissances et situation épidémiologique dans les Balkans au 31 juillet 2006 » figurera dans le numéro trimestriel de septembre 2016 du Bulletin Epidémiologique Anses/DGAL et est à présent disponible en ligne (lien). Les figures de l'article (mise à part les photos) ont été mises à jour au 09 septembre 2016 et son présentées ci-dessous.


Partager :

Alizé Mercier 1,2, Laurence Vial 1, Frédéric Stachurski 1, Julien Cauchard 3
 

(1) Cirad, UMR1309 Contrôle des maladies animales exotiques et émergentes (CMAEE), Montpellier, France
(2) Inra, UMR 1309 CMAEE, Montpellier, France
(3) Anses, Laboratoire de Lyon, Unité Epidémiologie, Lyon, France
 
Deux cas humains de fièvre hémorragique de Crimée-Congo (CCHF) ont été confirmés à Madrid. Ce sont les premiers cas autochtones de la maladie signalés en Europe de l’Ouest. Le premier cas était un homme de 62 ans qui aurait été mordu par une tique, selon les autorités sanitaires régionales, en se promenant à pied dans la campagne d’Ávila (Castille-et-León). Le deuxième cas est une infirmière qui a été infectée en soignant cet homme (contact avec des fluides corporels) dans l’unité de soins intensifs de l’hôpital Infanta Leonor.


Partager :

Alizé Mercier 1,2, Julien Cauchard 3, Sylvie Lecollinet 4
 

(1) Cirad, UMR1309 Contrôle des maladies animales exotiques et émergentes (CMAEE), Montpellier, France
(2) Inra, UMR 1309 CMAEE, Montpellier, France
(3) Anses, Laboratoire de Lyon, Unité Epidémiologie, Lyon, France
(4) Anses, Laboratoire de santé animale, LNR/LR-UE Fièvre West Nile, Maisons-Alfort, France

 
Il y a actuellement une recrudescence des cas d’infection à virus West Nile à l’échelle européenne pour l’année 2016. En effet, de nouveaux cas ont été déclarés chez des humains, ainsi que sur des chevaux et oiseaux de proie en Espagne, Italie, Portugal, Hongrie et Autriche depuis le début de l’année (Figure 1).


Partager :

Pages

 

Liens utiles

Organismes Internationaux

  • OIE (Organisation mondiale de la santé animale)
  • FAO EMPRES (Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture)
 

​​Organismes Européens

  • ECDC (Centre Européen de prévention et contrôle de maladies)​
  • EFSA (Autorité Européenne de sécurité des aliments)
  • ​DG SANCO (Directorat General de santé et de consommateurs)
 

Organismes Nationaux

  • InVS (Institut de veille sanitaire)
  • Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail)

Plateformes de veille Internet

Zircon - This is a contributing Drupal Theme
Design by WeebPal.