Thématique Fièvre catarrhale ovine

Menu 

Présentation rapide de la Fièvre catarrhale ovine 

La Fièvre Catarrhale Ovine (FCO), encore appelée fièvre catarrhale du mouton ou maladie de la langue bleue (« bluetongue ») est une maladie virale des ruminants transmise par des moucherons du genre Culicoïdes (arbovirose).

Cette maladie est strictement animale et n'a aucune incidence sur la qualité des denrées.  Vingt-sept sérotypes différents ont été identifiés jusqu’à présent et le pouvoir pathogène du virus varie considérablement d’une souche à l’autre. Certains sérotypes peuvent engendrer des retards de croissance chez les animaux malades, la mort de certains animaux et des avortements chez les femelles infectées, tandis que d'autres sérotypes ne présentent aucune pathogénicité.  La mesure de lutte la plus efficace connue à ce jour est la vaccination.

La fièvre catarrhale du mouton est une maladie répertoriée dans la liste des maladies du Code sanitaire pour les animaux terrestres de l’Organisation mondiale de la santé animale (OIE) doit à ce titre faire l’objet d’une déclaration obligatoire auprès de l’OIE. Son apparition sur un territoire entraîne des restrictions commerciales sévères qui concernent les animaux des espèces sensibles à la maladie (ovins, bovins, caprins principalement) et leur semence, ovules et embryons.

Pour en savoir plus sur la fièvre catarrhale ovine :

- la fiche technique de l’OIE http://www.oie.int/doc/ged/D13961.PDF
- la page du ministère http://agriculture.gouv.fr/description-de-la-fco
- la  fiche de l’Anses https://www.anses.fr/fr/content/la-fi%C3%A8vre-catarrhale-ovine-fco-ou-b...
- les signes cliniques de la FCO : voir le diaporama et la liste des signes cliniques

 

 

Rôle de la Plateforme  

La FCO en France et en Europe   

 

La fièvre catarrhale ovine (FCO) est un danger de catégorie 1 selon l'arrêté du 29 juillet 2013. La surveillance et la lutte contre la maladie sont donc organisées par l'Etat (page du ministère en charge de l'agriculture dédiée à la FCO consultable ici).

France continentale
Alors que la FCO a longtemps été considérée comme une maladie circonscrite au pourtour méditerranéen et affectant particulièrement les petits ruminants, l'apparition du sérotype 8 à la fin de l’été 2006 dans le Nord de l’Europe (Allemagne, Belgique, Pays-Bas et France continentale) affectant particulièrement les bovins a surpris les épidémiologistes. Ce sérotype s'est rapidement propagé en France jusqu'à toucher plus de 30 000 élevages en 2008. L’année 2007 a également vu l’apparition du sérotype 1 en France continentale. Depuis lors, les  sérotypes 1 et 8 étaient considérés comme endémiques en France continentale. Mais après plusieurs campagnes de vaccination obligatoires (2008-2010) puis volontaires (2010-2012), le nombre de foyers a été drastiquement réduit. En 2011 et 2012, les dispositifs de surveillance évènementielle et programmée n’ont pas détecté la présence d’une circulation virale sur l'ensemble du territoire continental. Le 14 décembre 2012, les autorités françaises ont pu déclarer conformément à la réglementation européenne le territoire continental indemne de FCO.  
 
Alors que depuis juin 2010, aucun cas de FCO n’avait été détecté en France continentale, un cas de FCO sérotype 8 a été confirmé le 11 septembre 2015 dans un élevage mixte bovin-ovin de l'Allier. Des mesures réglementaires ont été mises en place et des investigations pour déterminer la répartition spatiale de la circulation du virus sont en cours. Pour suivre l'actualité: rubrique Actualités FCO de la Plateforme

Corse
Suite aux épizooties survenue au début des années 2000, la Corse a été déclarée zone réglementée vis-à-vis de la FCO de sérotype 1, 2, 4, 8 et 16. Ce statut a été maintenu malgré l'absence de foyers cliniques depuis 2005 en raison de résultats sérologiques non négatifs. Toutefois, le 2 septembre 2013, la présence du sérotype 1 de la FCO a été confirmée dans deux élevages d'ovins présentant des signes cliniques évocateurs de la maladie. L'épizootie s'est ensuite propagée à l'ensemble de l'île, touchant plus de 120 foyers au 12 novembre 2013. La localisation des premiers foyers et les séquençages réalisés suggèrent que le virus a été introduit depuis la Sardaigne. Pour lutter contre cette épizootie, l'État a mis en place des campagnes de vaccination obligatoires en 2013-2014 et 2014-2015 ciblant l'ensemble de la population ovine, caprine et bovine de l'île. Le dernier foyer a été détecté en mai 2014. Depuis septembre 2015, une surveillance programmée basée sur la réalisation de RT-PCR sur les veaux en abattoir est mis en place de manière à inscrire la Corse dans un programme répondant aux caractéristiques pouvant permettre de recouvrer un statut indemne de FCO, conformément aux exigences réglementaires communautaires.
 
Europe
Ailleurs en Europe, les sérotypes 1 et 4 continuent de circuler activement. Pour en savoir plus : les actualités de la Veille Sanitaire Internationale produites par la Plateforme-ESA

 

Liens utiles

Organismes Internationaux

  • OIE (Organisation mondiale de la santé animale)
  • FAO EMPRES (Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture)
 

​​Organismes Européens

  • ECDC (Centre Européen de prévention et contrôle de maladies)​
  • EFSA (Autorité Européenne de sécurité des aliments)
  • ​DG SANCO (Directorat General de santé et de consommateurs)
 

Organismes Nationaux

  • InVS (Institut de veille sanitaire)
  • Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail)

Plateformes de veille Internet

Zircon - This is a contributing Drupal Theme
Design by WeebPal.