Missions et organisation de la Plateforme ESA

Contexte et enjeux

La surveillance épidémiologique est la base de toute politique de prévention et de lutte contre les maladies. Elle vise à fournir des informations et des analyses précises et fiables sur la situation et l’évolution épidémiologique des maladies présentes et elle exerce une vigilance vis-à-vis de l’introduction de maladies qui menacent le territoire ou de la réémergence de maladies éradiquées. Si la situation sanitaire de notre pays en matière de santé animale est actuellement très favorable, un tel statut n’est jamais définitivement acquis et requiert une attention accrue.

Les enjeux liés à la santé animale ont en effet évolué au cours des vingt dernières années, en lien avec les progrès réalisés dans la lutte contre les principales maladies du bétail et de nombreuses émergences récentes entraînant des pertes économiques lourdes ou un risque zoonotique. La reconnaissance de la France comme pays officiellement indemne d’un grand nombre de maladies contagieuses (tuberculose bovine, brucellose, fièvre aphteuse ou rage par exemple) a permis de faire évoluer les objectifs vers la vigilance face à l’introduction de maladies désormais exotiques (fièvre aphteuse ou rage) ou nouvelles (maladies vectorielles notamment) et qui ont souvent un impact en santé publique (plus de 70% des agents pathogènes émergents sont zoonotiques). Les évolutions multiples, que ce soit de la société ou de l’environnement, conduisent également à identifier de nouveaux risques, tels que ceux représentés par la faune sauvage ou les nouveaux animaux de compagnie.

Cette situation nécessite de développer des systèmes de plus en plus réactifs et en mesure de s’adapter à des situations nouvelles ou inhabituelles. En effet, il ne s’agit plus seulement de surveiller et suivre l’évolution de maladies installées, mais de repérer le plus précocement possible l’apparition de maladies nouvelles. Pour cela, il faut faire évoluer les systèmes de surveillance en place en formalisant mieux les étapes de la surveillance, tout en assurant une souplesse suffisante pour permettre les adaptations nécessaires.

Ainsi l'analyse des données issues de la surveillance épidémiologique est essentielle pour détecter précocement les changements de situations en vue d'assurer la réactivité nécessaire à la maîtrise des situations défavorables et pour permettre une évaluation pertinente des risques sanitaires, afin d'éclairer la politique de santé animale et d'en évaluer l’efficacité.

C’est sur ces considérations que les Etats généraux du sanitaire ont proposé la création d’une Plateforme nationale de surveillance épidémiologique en santé animale.

 

Renforcer la surveillance épidémiologique des risques sanitaires prioritaires en santé animale

La Plateforme a pour finalité de faciliter la coordination, la déclinaison opérationnelle et le suivi des politiques de surveillance en santé animale adoptées et mises en œuvre par ses membres.

Elle doit en particulier s’assurer de l’adéquation entre les risques sanitaires présents ou qui menacent le territoire et les dispositifs mis en place pour surveiller ces risques. Les réponses aux saisines de l’Anses[1] concernant la hiérarchisation des risques sanitaires présents sur le territoire ou qui le menacent (maladies dites exotiques) fourniront des éléments à la Plateforme pour orienter son action vers l’analyse des dispositifs de surveillance des risques sanitaires prioritaires et leur renforcement si nécessaire.

Dans ce cadre, les missions opérationnelles de la Plateforme sont (Encadré) :

-          De participer à l’élaboration et à l’amélioration des dispositifs de surveillance épidémiologique,

-          De faciliter la  centralisation, la valorisation et le partage  des données sanitaires,

-          De contribuer à l’analyse des données sanitaires et à leur diffusion.

 

Par ailleurs, la Plateforme doit coordonner la mise en œuvre d’une veille internationale sur les risques sanitaires et produire périodiquement un rapport synthétique sur cette veille sanitaire.

Elle pourra identifier, proposer et le cas échéant coordonner des investigations épidémiologiques à mener à l’échelon local ou national en réponse à des évolutions particulières de situations épidémiologiques.

 

Gouvernance partagée

La Plateforme est composée de six Membres titulaires, qui ont signé une convention cadre « portant définition et organisation de la Plateforme française de surveillance épidémiologique en santé animale » : la Direction générale de l’alimentation (DGAl), l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses), la Société nationale des groupements techniques vétérinaires (SNGTV), GDS France, Coop de France et l’Association française des directeurs et cadres des laboratoires vétérinaires publics d'analyses (Adilva). D'autres partenaires pourront rejoindre la Plateforme en qualité de Membres associés au fur et à mesure de son développement, pour élargir le champ de la Plateforme à des dispositifs de surveillance sous la responsabilité d’autres organisations professionnelles.

La Plateforme réunit ainsi les compétences et les connaissances nécessaires à la réalisation de ses objectifs : compétences scientifiques en épidémiologie et en pathologie animale, compétences en méthodologie de surveillance épidémiologique, connaissances sur le fonctionnement des élevages et l’organisation des filières de production animales, connaissance des contraintes sanitaires réglementaires au niveau national et international, expertise sur la mise en œuvre des politiques de lutte et de contrôle des maladies.

Le pilotage de la Plateforme est assuré par le Comité national d’épidémiosurveillance en santé animale (Cnesa). Ce comité est composé de représentants des Membres titulaires et des Membres associés et est présidé par la Direction générale de l’alimentation. Il propose les orientations stratégiques en matière de surveillance épidémiologique, assure le suivi de l’activité de la Plateforme et en fait un bilan régulier.

La première réunion du Cnesa s’est tenue le 20 octobre 2011 et marque ainsi la lancement officiel de la Plateforme. La trame d’une organisation fonctionnelle de la Plateforme et les grandes lignes d’un premier programme de travail ont été validés au cours de cette réunion.

 

Missions opérationnelles 

Participer à l'élaboration et à l’amélioration des programmes de surveillance

•           Élaborer ou modifier les protocoles de surveillance à la demande des responsables des dispositifs concernés,

•           Analyser les dispositifs de surveillance et identifier leurs points d’amélioration,

•           Évaluer la mise en œuvre des dispositifs de surveillance selon une méthodologie qualitative (méthode Oasis),

•           Définir, mesurer et suivre des indicateurs de fonctionnement des différents dispositifs de surveillance épidémiologique.

Faciliter la centralisation et le partage des données sanitaires

•           Contribuer à la collecte, la standardisation et la consolidation des données sanitaires,

•           Centraliser et mettre à disposition des Membres de la Plateforme les informations relatives aux données sanitaires (métadonnées) relevant de son périmètre,

•           Définir les conditions d’accès aux données sanitaires.

Contribuer à la valorisation des donnés sanitaires et à leur diffusion

•           Analyser les données recueillies et les interpréter en lien avec les acteurs et préparer des bilans de surveillance à usage national ou international,

•           Réaliser des synthèses sur la situation épidémiologique des maladies relevant de son périmètre,

•           Animer et mettre en œuvre l’ensemble de la stratégie de retour d’information selon une procédure planifiée, notamment via des bulletins d’information et un site Internet,

•           Concourir à l'élaboration et la diffusion des plans spécifiques de formation et de sensibilisation nationaux.


Partager :

plaquetteLa Plateforme ESA fêtera son troisième anniversaire en octobre 2014 et le CNESA se réunira pour sa dernière session de l’année 2014 le 15 octobre.

L’heure est plus que jamais au bilan et aux réflexions sur l’avenir ce qui est l’occasion de rappeler que la plaquette de présentation de la Plateforme ESA est disponible en trois langues : français, anglais et italien.

Ce document est accessible dans le Centre de Ressources, dans la partie Communication de la bibliothèque de documents ou directement par les liens suivants :

- Plaquette en français

- Plaquette en anglais

- Plaquette en italien


Partager :

Le consensus, ou plus précisément la construction d’un consensus pré-décisionnel, les décisions revenant in fine aux maîtres d’œuvre des dispositifs de surveillance, est le principe fondateur du fonctionnement de la Plateforme ESA.

Article au format PDF: 


Partager :
 

Liens utiles

Organismes Internationaux

  • OIE (Organisation mondiale de la santé animale)
  • FAO EMPRES (Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture)
 

​​Organismes Européens

  • ECDC (Centre Européen de prévention et contrôle de maladies)​
  • EFSA (Autorité Européenne de sécurité des aliments)
  • ​DG SANCO (Directorat General de santé et de consommateurs)
 

Organismes Nationaux

  • InVS (Institut de veille sanitaire)
  • Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail)

Plateformes de veille Internet

Zircon - This is a contributing Drupal Theme
Design by WeebPal.