Ré-émergence du senecavirus A aux Etats-Unis et au Canada

Mots-clés: 

Alizé Mercier 1,2, Julien Cauchard 3
 
(1) Cirad, UMR1309 Contrôle des maladies animales exotiques et émergentes (CMAEE), Montpellier, France
(2) Inra, UMR 1309 CMAEE, Montpellier, France
(3) Anses, Laboratoire de Lyon, Unité Epidémiologie, Lyon, France
 
Sources : médias (The Pig Site, National Hog Farmer) relayés par Promed-mail

Le senecavirus, anciennement appelé le virus de la Vallée Sénéca, appartient à la famille des Picornaviridae (Sing et al. 2012). Le senecavirus A est la seule espèce du genre Senecavirus, et ne possède qu’un seul sérotype, le sérotype 1 (SVV-1). Le senecavirus est à l’origine d’une maladie vésiculaire chez les porcs (seule espèce pouvant être atteinte) qui entraine l’apparition d’aphtes au niveau de la sphère buccale et des pattes, et qui ressemble à la fièvre aphteuse. La maladie a été rapportée en Nouvelle-Zélande, en Australie, au Canada et aux Etats-Unis (Floride, Iowa et plus récemment Indiana) (Pasma et al. 2008, Amass et al. 2004, Gibbs et al. 1983, Munday et al. 1982). Le virus est apparu aux Etats-Unis en 2002 et a depuis ré-émergé dans la région, notamment dans le nord-ouest du pays (Sing et al. 2012).

Récemment, le senecavirus A a été confirmé en Ontario au Canada. Etant donné que les signes cliniques de cette maladie ressemblent à ceux de la fièvre aphteuse, les Etats-Unis ont bloqué huit camions de porcs importés du Canada qui montraient des signes cliniques de la maladie. La Canadian Food Inspection Agency teste tous les porcs symptomatiques dans les entreprises de transformation fédérales.

Il semblerait qu’il y ait actuellement une ré-émergence du senecavirus A aux Etats-Unis et au Canada. Une augmentation du nombre de foyers a été signalée en août 2016 aux Etats-Unis. Une telle augmentation avait aussi été observée à la même période en 2015. Le virus semble être de retour avec l’arrivée de l’automne car les foyers de senecavirus sont principalement observés au printemps et en automne (Pasma et al. 2008).

Le virus chez les porcs n’est pas considéré comme une maladie à impact économique majeur car l’infection suit son cours rapidement sans signes cliniques sévères. Le risque de diffusion de ce virus hors de l’Amérique du Nord n’est pas évalué. Toutefois, la ressemblance avec d’autres maladies vésiculaires entrainant d’importants impacts cliniques et économiques telles que la fièvre aphteuse pourrait conduire à considérer cet agent pathogène dans les cas de suspicion de fièvre aphteuse chez le Porc.
 

Références :

Singh et al. (2012). Seneca Valley Virus and Vesicular Lesions in a Pig with Idiopathic Vesicular Disease.  J Vet Sci Technol , 3(6).

Pasma T, Davidson S, Shaw SL (2008) Idiopathic vesicular disease in swine in Manitoba. Can Vet J 49: 84-85.

Amass SF, Schneider JL, Miller CA, Shawky SA, Stevenson GW, et al. (2004) Idiopathic vesicular disease in a swine herd in Indiana. J Swine Health Prod 12: 192-196.

Gibbs EPJ, Stoddard HL, Yedloutchnig RJ, House JA, Legge M (1983) A vesicular disease of pigs in Florida of unknown etiology. Florida Vet J 12: 25-27.

Munday BL, Ryan FB (1982) Vesicular lesions in swine - possible association with the feeding of murine products. Aust Vet J 59: 193.


Partager :
 
Organismes Internationaux
  • OIE (Organisation mondiale de la santé animale)
  • FAO EMPRES (Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture)
 
​​Organismes Européens
  • ECDC (Centre Européen de prévention et contrôle de maladies)​
  • EFSA (Autorité Européenne de sécurité des aliments)
  • ​DG SANCO (Directorat General de santé et de consommateurs)
 
Organismes Nationaux
  • InVS (Institut de veille sanitaire)
  • Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail)
Plateformes de veille Internet
Zircon - This is a contributing Drupal Theme
Design by WeebPal.