2016

Mots-clés: 

Laure Bournez (1)*, Corinne Sailleau (2), Emmanuel Bréard (2), Renata Servan de Almeida (3), Aurélie Pédarrieu (3), Geneviève Libeau (3), Stephan Zientara (2), Gina Zanella (4), Pascal Hendrikx (1)*, Didier Calavas (5)*, Isabelle Tourette (6), Françoise Dion (7), Emmanuel Garin (8)*, Alexandre Fediaevsky (9)*, Anne Meyrueix (9), Lisa Cavalerie (9)*
(1) Anses, Unité de coordination et d’appui à la surveillance, Direction des laboratoires, Maisons Alfort ; (2) Anses, UPEC, Laboratoire de santé animale de Maisons-Alfort, UMR Anses, Inra, ENVA, Maisons-Alfort ; (3) Cirad, UMR Astre, Montpellier ; Inra, UMR Astre, Montpellier ; (4) Anses, Unité d’Epidémiologie, Laboratoire de santé animale de Maisons-Alfort ; (5) Anses, Unité Epidémiologie, Laboratoire de Lyon ; (6) GDS France, Paris ; (7) Races de France, Paris ; (8) Coop de France, Paris ; (9) Direction générale de l’Alimentation, Bureau de la santé animale, Paris.  * Membre de l’équipe opérationnelle de la Plateforme ESA

Entre le 1er juillet 2016 (date qui a été fixée pour déterminer le début de la période d’activité virale FCO pour la saison 2016-2017 d’après les données épidémiologiques, voir encadré 1) et le 31 décembre 2016, 1 200 élevages ont été déclarés infectés par le virus FCO de sérotype 8. Parmi ces élevages, cinq avaient déjà été déclaré foyer lors de la saison de circulation virale précédente (Saison 1 : période définie entre août 2015 et le 30 juin 2016). Parmi l’ensemble des foyers détectés entre le 1er juillet 2016 et le 31 décembre 2016 : 34 ont été détectés par la surveillance évènementielle suite à des suspicions cliniques ; 1 166 ont été détectés lors de tests réalisés pour la sortie des animaux de la zone réglementée. Ces foyers représentent 1 196 élevages de bovins et 4 élevages d’ovins.

Article au format pdf: 


Partager :
Veille sanitaire internationale (VSI) Plateforme ESA – France
 

Source : Efsa, LNR Anses
 
Le génome complet des virus influenza aviaire hautement pathogène (IAHP) H5N8 des deux premiers cas/foyers détectés en France a été obtenu par le LNR Anses pour l’influenza aviaire et la maladie de Newcastle. Ces premiers résultats suggèrent que l’IAHP H5N8 a été introduit en France par deux voies migratoires différentes.

Article au format pdf: 


Partager :


Partager :

Voici le nouveau bilan fonctionnel et sanitaire du dispositif Sylvatub.


Partager :
Veille sanitaire internationale (VSI) Plateforme ESA – France
LNR Influenza Aviaire, Anses laboratoire de Ploufragan – France
Office national de la chasse et de la faune sauvage – France
 
Source : Données actualisées le 25/12/2016 (inclus) ADNS/FAO/OIE/DGAL Ministère de l’Agriculture

Depuis le dernier point de situation le 19 décembre, 109 nouveaux foyers d’influenza aviaire hautement pathogène (IAHP) de sous-type H5N8 ont été déclarés en Europe (EU plus Suisse), principalement en France (22 foyers en élevage), en Allemagne (19 cas chez l’avifaune comparés à 120 la semaine dernière) et en Hongrie (13 foyers en élevage comparés à 201 la semaine dernière). Le virus a maintenant été détecté en Grèce (un cas déclaré le 20 décembre chez un cygne tuberculé (Cygnus olor), en Bulgarie et au Monténégro (un cas déclaré le 20 décembre chez un canard sauvage – espèce non précisée). Après avoir détecté un foyer dans un élevage de dindes (voir note précédente) le Royaume-Uni a détecté quatre cas dans l’avifaune au cours de la semaine écoulée, dans différentes partie du pays (Carmarthenshire, Dumfries and Galloway, Gloucestershire, Leicestershire). Le nombre total de foyers et de cas notifiés continue d’augmenter et est à présent de 667 (comparé à 558 la semaine dernière) dont 345 au sein de l’avifaune sauvage (57 espèces différentes touchées), 315 en élevages et 7 au sein de l’avifaune captive (Tableaux 1 & 2).

Article au format pdf: 


Partager :
Veille sanitaire internationale (VSI) Plateforme ESA – France
P. Caufour - Cirad UMR Contrôle des Maladies Animales Exotiques et Emergentes – France

Source : ADNS/OIE

Un foyer de clavelée a été confirmé le 9 décembre 2016 (notifié le 12 décembre) dans un élevage détenant 102 moutons (ainsi que 12 caprins) sur l’île de Lesbos en Grèce. Le tableau 1 reprend les effectifs et taux de morbidité/mortalité.


Article au format pdf: 


Partager :

Anne Bronner* (1), Marie-Cécile Moisson (1), Manon Hamon (1), Didier Calavas* (2), Audrey Schmitz (3), Eric Niqueux (3), Adeline Huneau (4), Axelle Scoizec (4), Sophie Lebouquin-Leneuveu (4)

(1) DGAl, (2) Anses-Lyon,*Coordinnation Plateforme ESA, (3) Unité Virologie, Laboratoire national de référence, Anses-Ploufragan, (4) Unité Epidémiologie, Anses-Ploufragan



Au total, depuis le 26 novembre 2016, ce sont 27 foyers en élevage et quatre cas dans l’avifaune (un sur des oiseaux captifs, trois sur oiseaux sauvages) d'influenza aviaire hautement pathogène qui ont été déclarés en France, tous étant formellement liés à H5N8 à l'exception d'un foyer en élevage (H5HP) pour lequel la neuraminidase n'a pas pu être identifiée (Figure 1).

Article au format pdf: 


Partager :
Veille sanitaire internationale (VSI) Plateforme ESA – France
LNR Influenza Aviaire, Anses laboratoire de Ploufragan – France


Les virus H5N8 responsables cette année en Europe des cas dans l’avifaune et des foyers en élevage, bien qu’appartenant au même clade 2.3.4.4 que ceux qui avaient sévi en Europe en 2014-2015, appartiennent à un groupe différent (Gochang-like pour 2016, Buan-like pour 2014-2015).

La comparaison des génomes complets des virus isolés en 2016 sur des oiseaux du lac Oubsou-Nour et des virus circulant en Europe depuis novembre 2016 montre que des événements de réassortiment ont probablement concerné différents segments codant pour les protéines internes des virus influenza, connus comme pouvant porter des déterminants de la virulence.

Le taux élevé de létalité constaté cette année dans les foyers concernant des palmipèdes, ainsi que l’apparente contagiosité élevée dans l’avifaune pourraient être liées à ces caractéristiques du virus, mais le déterminisme de cette évolution du pouvoir pathogène reste à démontrer expérimentalement.

Article au format pdf: 


Partager :

Mots-clés: 

La dermatose nodulaire contagieuse bovine (DNCB) bénéficie désormais en France d’une surveillance événementielle organisée dermatose nodulaire contagieuse bovine (voir note présentant l’instruction de la DGAL


Partager :

Bilan des foyers IAHP H5N8

Au total, depuis le 26 novembre 2016, ce sont 19 foyers en élevage et deux cas (l'un sur des oiseaux captifs, l'autre sur un oiseau sauvage) d'influenza aviaire hautement pathogène qui ont été déclarés en France, tous étant liés à H5N8 à l'exception d'un foyer en élevage (H5 HP) pour lequel la neuraminidase n'a pas été identifiée.

 

 

Article au format pdf: 


Partager :

Pages

 
Organismes Internationaux
  • OIE (Organisation mondiale de la santé animale)
  • FAO EMPRES (Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture)
 
​​Organismes Européens
  • ECDC (Centre Européen de prévention et contrôle de maladies)​
  • EFSA (Autorité Européenne de sécurité des aliments)
  • ​DG SANCO (Directorat General de santé et de consommateurs)
 
Organismes Nationaux
  • InVS (Institut de veille sanitaire)
  • Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail)
Plateformes de veille Internet
Zircon - This is a contributing Drupal Theme
Design by WeebPal.