Actualités

La journée nationale du Résavip s'est déroulée jeuid 17 avril 2014 à la salle de l'auditorium de l'Anses Maisosn-Alfort.

Après que son organisation et son fonctionnement ont été abordés, un vétérinaire volontaire et une animatrice régionale ont expliqué leur rôle et leurs activités. Les résultats et le bilan du réseau depuis sa mise en place ont été communiqués de façon transparente et des propositions d'évolution ont été enoncées afin d'optimiser son organisation.

Les connaissances et les actualités des virus influenza ainsi que l''un des réseaux de surveillance de la grippe chez l'homme (GROG) ont été présentées l'après-midi.

Plus de soixante personnes étaient présentes lors de cette journée.

L'ensemble des présentations sont disponibles ci dessous:

1) Organisation et fonctionnement du Résavip

2) Témoignage d'un animateur régional

3) Témoignage d'un vétérinaire volontaire

4) Résultats de la surveillance menée en France de 2011 à 2013 dans le cadre du Résavip

5) Perspectives Résavip 2014-2015

6) Virus influenza porcins et problématique de santé animale: importance et données épidémiologiques descriptives et analytiques

7) Virus influenza porcins et problématique de santé publique : Virus influenza porcins et problématique de santé publique : évolutions virales et transmissions inter-espèces

8) Surveillance de la circulation des virus grippaux chez l'Homme en France

 


Partager :

Mots-clés: 

PT004310Ahead of print

Maryline Pioz  (maryline.pioz@paca.inra.fr), Hélène Guis, Emilie Gay, Benoît Durand, David Pleydell, David Abrial, Didier Calavas, Renaud Lancelot,
Christian Ducrot 

La fièvre catarrhale ovine (FCO), ou bluetongue, est une arbovirose transmise par des insectes  piqueurs du genre Culicoides (Mellor et al., 2009). Cette maladie, due au bluetongue virus (BTV), touche les ruminants domestiques et sauvages. Deux épizooties de FCO ont frappé la France continentale de 2006 à 2009. La première (Figure 1), qui a concerné la quasi-totalité du pays, était due à un virus de sérotype 8 (BTV-8) en provenance des Pays-Bas entré sur le territoire métropolitain par le nord fin 2006, (Durand et al., 2010; Saegerman et al., 2008). La seconde (Figure 2), plus restreinte géographiquement, était due à un virus de sérotype 1 (BTV-1) introduit dans le sud-ouest depuis l’Espagne en 2007 (Wilson and Mellor, 2009). Au total plus de 33 000 foyers cliniques dus au BTV-8 et près de 4 200 dus au BTV-1 furent déclarés en France. Ces épizooties ont entraîné une crise majeure en santé animale, provoquant des pertes économiques considérables, notamment en raison des restrictions de mouvements des animaux de rente dans les zones contaminées. Nous avons estimé la vitesse de progression du front de ces deux épizooties Lire la suite


Partager :

Ce bulletin vous permettra d'être informé des dernières nouveautés (notes réglementaires, résultats, changements de niveaux de surveillance, etc.). De plus, le bulletin est l'occasion de donner la parole à des acteurs de terrain oeuvrant pour le dispositif : dans ce numéro, deux lieutenants de louveterie périgourdins ont été interviewés.

Découvrez toute l'actualité du dispositif en téléchargeant le deuxième bulletin Sylvatub.

NB : Il est important que les bulletins Sylvatub soient relayés auprès de toutes les personnes impliquées ou intéressées par la surveillance de la turberculose bovine dans la faune sauvage. 

   alt : Télécharger le deuxième bulletin du dispositif Sylvatub (Nov. 2013)


Partager :

asforce2

 Dans un contexte de rapprochement du risque d’introduction de la Peste porcine africaine (PPA) il est important que tous les acteurs aient les informations suffisantes sur les signes cliniques, les modalités de notification des suspicions et sur les mesures de prévention, de contrôle et d’éradication de cette maladie.

Dans cet objectif, le projet européen ASFORCE a mis à disposition un cours en ligne ouvert à tout public. Le contenu du cours est divisé en trois modules (disponibles actuellement uniquement en anglais) :

modules ppa cours

Vous pouvez suivre ce cours sur http://asforce.org/course/.


Partager :

PPA Europe petiteDans un contexte de rapprochement du risque d’introduction de la Peste porcine africaine (PPA) il est important que tous les acteurs aient les informations sur les méthodes de détection et de prévention de la maladie. Dans cet objectif, une plaquette de sensibilisation a été élaborée dans le cadre du projet ASFORCE avec les généralités sur la maladie et les signes cliniques ainsi que les méthodes de prévention et de contrôle.

Vous pouvez télécharger la plaquette ici.

ASFORCE (Targeted research effort on African swine fever) est un projet financé par l’Union européenne depuis 2012 et qui réunit 18 partenaires. Le projet a pour objectif de fournir aux vétérinaires, éleveurs de porcs et décideurs des réponses pratiques et des outils de prévention contre l'introduction et la propagation de la maladie en Europe.

Plus de détails sur le projet ASFORCE sur http://asforce.org/.


Partager :

 Crédit photo : grassrootsgroundswell www.Flickr.comUne souche de type Brucella suis biovar 2 a été identifiée par le LNR brucellose (Anses, Laboratoire de santé animale de Maisons-Alfort) chez un bovin suspect qui avait présenté des résultats positifs aux tests sérologiques brucellose lors d’un contrôle d’achat.

Ce bovin, en provenance d’un élevage du Puy de Dôme, était arrivé fin novembre 2013 pour engraissement dans une exploitation de Seine-Maritime avec 4 autres animaux. Il s’agit d’une femelle de race charolaise de 2 ans, née en novembre 2011 dans l’élevage d’origine du Puy de Dôme. L’animal a été abattu début janvier 2014, soit plus d’un mois après son arrivée dans l’élevage de Seine-Maritime. La prise de sang ayant été effectuée 5 jours après son arrivée, on peut exclure une source de contamination dans l’élevage de destination (Seine-Maritime). A ce stade aucun élément n’explique l’introduction de la maladie et aucun signe clinique n’a été observé.

 


Partager :

Depuis début juillet 2013, le département de l’Ardèche fait face à une mortalité anormale de sangliers. Les agents de la FDC et de l’ONCFS se sont rapidement mobilisés sur le terrain pour recenser et caractériser les cas (âge et sexe des animaux, date de découverte, détermination des signes cliniques grâce à des vidéos prises sur le terrain et aux traces de pédalage autour des animaux morts, datation des cadavres, géo référencement sur une carte, etc.) et investiguer les circonstances de la mortalité (relevés botaniques, indices dans l’environnement, nombre d’individus par compagnie, topographie des lieux pour comprendre la répartition des cas dans l’espace, contexte climatique, etc.).

 En savoir plus : http://www.oncfs.gouv.fr/IMG/Lettre_Sagir_179_janvier_2014.pdf


Partager :

niveaux de surveillance 2014

Le comité de pilotage du dispositif Sylvatub qui s'est réuni le 6 décembre dernier, a permis de valider plusieurs évolutions concernant les niveaux de surveillance départementaux. Ainsi, suite aux résultats de la surveillance menée en 2013, quatre départements ont un niveau de surveillance qui s'accentue et, à l'inverse, trois départements ont un niveau qui diminue . De plus, une procédure de reprise d'une surveillance plus intense a été acceptée pour les départements déclassés.

Ces évolutions sont précisées dans la note de service DGAL/SDSPA/2014-18 du 14 janvier 2014 disponible [ici].

Les modalités de surveillance applicables en fonction des niveaux de surveillance sont détaillées dans la note de service DGAL/SDSPA/N2013-8129 du 29 juillet 2013 disponible [ici].


Partager :

crédit photo : www.flickr.com (¯`¤.TheSnake.¤´¯) Au 5 novembre 2013, 123 foyers de FCO à BTV-1 ont été confirmés en Corse par le laboratoire national de référence de l'Anses Maisons-Alfort, dont 68 dans le département de Haute Corse et 55 dans le département de Corse du Sud. Au total, 91.5% des foyers confirmés sont des élevages ovins, 5% des élevages caprins et 3.5% élevages bovins.

Une campagne de vaccination généralisée, obligatoire et prise en charge par l'État, a été organisée afin d'enrayer la propagation du virus. Cette campagne, d'une durée de six mois, concerne les espèces bovine, ovine et caprine.

La surveillance clinique se poursuit, de manière à identifier les nouveaux cas et suivre l'évolution du nombre de foyers. La surveillance programmée en abattoir, qui visait à démontrer l'absence de circulation virale, a été quant à elle été interrompue. Un nouveau dispositif de surveillance programmée sera défini en 2014, selon l'évolution de la situation sanitaire.

L'introduction du sérotype 1 de la FCO en Corse montre l'importance de maintenir un haut degré de vigilance clinique vis-à-vis de cette maladie. Les éleveurs et les vétérinaires de France continentale doivent rester vigilants et informer leur DDcsPP sans délai s'ils observent des signes cliniques évocateurs de FCO, la surveillance clinique restant l’un des moyens de détection les plus précoces en zone indemne [Signes cliniques évocateurs de FCO].


Partager :


sylvatub bulletin n1La tuberculose bovine dans la faune sauvage s'est imposée depuis plusieurs années comme une préoccupation majeure dans le domaine de la santé animale. Le dispositif créé pour surveiller cette maladie s'appuie sur les compétences de tous les professionnels et bénévoles impliqués et, grâce à leur mobilisation, des informations extrêmement importantes sont recueillies quotidiennement.

Afin que chacun bénéficie d'un même niveau d'information, nous vous proposons un rendez-vous régulier avec le bulletin "Sylvatub" dont nous vous dévoilons aujourd'hui le premier numéro. 

 

   alt : Télécharger le premier bulletin du dispositif Sylvatub (Nov. 2013)

Télécharger le premier bulletin du dispositif Sylvatub (Nov. 2013)


Partager :

Pages

 
Organismes Internationaux
  • OIE (Organisation mondiale de la santé animale)
  • FAO EMPRES (Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture)
 
​​Organismes Européens
  • ECDC (Centre Européen de prévention et contrôle de maladies)​
  • EFSA (Autorité Européenne de sécurité des aliments)
  • ​DG SANCO (Directorat General de santé et de consommateurs)
 
Organismes Nationaux
  • InVS (Institut de veille sanitaire)
  • Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail)
Plateformes de veille Internet
Zircon - This is a contributing Drupal Theme
Design by WeebPal.