Allemagne

écureil multicoloreMuriel Coulpier, Stéphan Zientara
UMR 1161 INRA-ANSES-ENVA, Virologie, Equipe Neuro-Virologie des Zoonoses, Maisons-Alfort
photos: François Moutou

L’ECDC (European Center for Disease Prevention and Control) a récemment rapporté le cas de trois détenteurs d’écureuils multicolores (Sciurus variegatoides) décédés des suites d’une encéphalite. Les trois patients, âgés de 62 à 72 ans, tous originaires de Basse Saxe (Allemagne), ont été hospitalisés dans un service de neurologie où leur état s’est rapidement détérioré malgré l’administration de soins intensifs.

 

La recherche d’un agent pathogène responsable s’est d’abord avérée infructueuse. L’institut Friedrich Loeffler (Ile de Riems, Allemagne) a alors procédé à une analyse par approche métagénomique (recherche sans à priori de séquences génomiques d’agents pathogènes) des tissus provenant d’un écureuil mort appartenant à l’un des patients. Cette approche a révélé des séquences apparentées au virus de Borna.


Partager :

https://www.flickr.com/photos/aigle_dore/7052761747/in/photolist-bKefmt-66oaa-bKedbT-e5okan-7ANrpK-mTA66F-f5RqZ7-8ipwZ2-ax1Bi-9P5Qtg-jqkiL8-reTve-hPtPyE-6J3MhX-9BQLxe-5TqaNa-JfqWN-gxS67R-hrc2rF-5Yp4Df-9RuiQn-8u6W3E-8C7cVB-a4Wgjp-4zrgqx-pgdj-MEqSC-6Bt87d-63qFGF-9vwCGa-8HhMRx-bCND41-e8PKGS-CchP3-4ybgcc-47g8Ke-6pWrQ3-dvivV-kw6uq-mAfkve-6JGHAN-2ZunJx-dykcFR-9FssE8-a9n4s2-dbUjTL-e8NUaW-HRLah-7bGCj-5ks9KJKarine LAROUCAU (1), Claire PONSART (1), Nora MADANI (1), Marie GRANDCOLLOT-CHABOT (2), Stéphan ZIENTARA (3)

(1) Anses, Laboratoire de Santé animale, Unité Zoonoses Bactériennes, Maisons-Alfort, France ; (2) Direction générale de l’alimentation, Bureau de la santé animale, Paris, France ; (3) UMR 1161 Anses-INRA-ENVA Virologie, Maisons-Alfort, France

Dans le cadre d’analyses de routine pour une exportation, un cheval d’un établissement de Basse Saxe a été diagnostiqué positif pour la morve des équidés suite au test de fixation du complément réalisé sur un sérum datant du 26 novembre 2014. Ce résultat a été confirmé par le laboratoire de référence OIE localisé à Iéna, en Allemagne.

L’animal, qui ne présentait pas de signes cliniques, a été euthanasié le 13 décembre 2014. Les organes mis en culture se sont tous révélés négatifs. L’analyse par immunohistochimie de prélèvements de peau a donné des résultats douteux, tandis que l’analyse par PCR de ces mêmes échantillons a confirmé la présence de l’agent de la morve, Burkholderia mallei.

Ce cas a fait l’objet d’une notification à l’OIE le 30 janvier 2015.


Partager :

dinde marie flickrFoyer d’influenza aviaire H5N8 hautement pathogène en Allemagne : origine possible et danger à la lumière des caractéristiques des virus H5N8 récemment isolés

Véronique Jestin, LNR Influenza aviaire, Anses Ploufragan (Dans le cadre de la Veille sanitaire internationale)

Un foyer d’influenza aviaire (IA) hautement pathogène (HP) a été détecté le 5 novembre 2014 au nord-est de l’Allemagne (Land de Mecklenburg - Poméranie occidentale) en bordure de la mer Baltique et de la Pologne (Figure 1) dans un élevage de dindes de chair d’un effectif de 31 000 têtes. Les animaux présentaient des signes cliniques, ainsi qu’une morbidité proche de 16 % (5 000 oiseaux) et une mortalité de 6 % (1 880 oiseaux). Ce cas a fait l’objet d’une notification le 6 novembre à l’OIE (http://www.oie.int).


Partager :

Crédit photo : Michael Newton www.flickr.comDes manifestations pathologiques liées à des coronavirus ont été décrites récemment chez le porc en Allemagne et en Italie.

Dans un article publié en septembre (Henniger and Schwarz, Porcine epidemic diarrhoea (PED) – Neuausbrüche in deutschen Mastschweinebeständen, 2014, Tierärzliche Umschau, 69, 394-397) les auteurs décrivent un épisode pathologique au début de l’été 2014 dans le Nord-Ouest de l’Allemagne. Un lot de 400 porcs en début de phase d’engraissement (animaux de 30 Kg) a manifesté un épisode diarrhéique avec ténesme, apathie, anorexie et température rectale de 39,0 à 40,6°C. Le retour à la normale a été observé dès le 8ème jour. Plusieurs agents pathogènes ont été recherchés sans succès (E coli, salmonelles, Brachyspira, rotavirus), et finalement un Coronavirus a été détecté par RT-PCR multiplex. Les données partielles de biologie moléculaire indiquent que la souche isolée n’est pas totalement identique à la souche épizootique circulant actuellement en Amérique du Nord et en Asie.


Partager :
 

Liens utiles

Organismes Internationaux
  • OIE (Organisation mondiale de la santé animale)
  • FAO EMPRES (Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture)
 
​​Organismes Européens
  • ECDC (Centre Européen de prévention et contrôle de maladies)​
  • EFSA (Autorité Européenne de sécurité des aliments)
  • ​DG SANCO (Directorat General de santé et de consommateurs)
 
Organismes Nationaux
  • InVS (Institut de veille sanitaire)
  • Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail)
Plateformes de veille Internet
Zircon - This is a contributing Drupal Theme
Design by WeebPal.