DEP

Crédit photo : Michael Newton www.flickr.comDes manifestations pathologiques liées à des coronavirus ont été décrites récemment chez le porc en Allemagne et en Italie.

Dans un article publié en septembre (Henniger and Schwarz, Porcine epidemic diarrhoea (PED) – Neuausbrüche in deutschen Mastschweinebeständen, 2014, Tierärzliche Umschau, 69, 394-397) les auteurs décrivent un épisode pathologique au début de l’été 2014 dans le Nord-Ouest de l’Allemagne. Un lot de 400 porcs en début de phase d’engraissement (animaux de 30 Kg) a manifesté un épisode diarrhéique avec ténesme, apathie, anorexie et température rectale de 39,0 à 40,6°C. Le retour à la normale a été observé dès le 8ème jour. Plusieurs agents pathogènes ont été recherchés sans succès (E coli, salmonelles, Brachyspira, rotavirus), et finalement un Coronavirus a été détecté par RT-PCR multiplex. Les données partielles de biologie moléculaire indiquent que la souche isolée n’est pas totalement identique à la souche épizootique circulant actuellement en Amérique du Nord et en Asie.


Partager :

 

J. Pradel (1) (jennifer.pradel@cirad.fr), P.D Bedford (2), C. Lazarus (3), V. Gongora (4), G. Ellis (5), P. Morales (6), M. Trotman (7), N. Surujbally (8), B. Bradford (9), K. Hackshaw (10) dans le cadre de la Veille Sanitaire Internationale

 

Sieste porcineDans la Caraïbe, seule la République Dominicaine a rapporté des foyers de DEP : un foyer primaire en Novembre 2013, puis 6 autres entre Février et Mars 2014, tous dans le bassin de production porcine le plus important du pays (dans le nord). Plus de 39 000 cas et plus de 26 000 morts ont été rapporté dans une population de près de 310 000 animaux. Les pertes sont estimées à plus de 1,8 millions de dollars. L’origine du foyer n’a pas pu être déterminée mais les mesures de biosécurité, la vigilance et la protection des élevages ont été nettement renforcées et des mesures de restriction des mouvements d’animaux ont été prises. La République Dominicaine a notifié l’OIE des cas en Juin 2014 (OIE, voir figure). A ce jour, l’épidémie semble ralentir, mais il reste toujours un foyer actif.


Partager :

PT004310

 

Ahead of print

Béatrice Grasland (1) (beatrice.grasland@anses.fr), Nicolas Rose (1) dans le cadre de la Veille sanitaire internationale de la Plateforme ESA

(1) Anses, Laboratoire de Ploufragan/Plouzané, Ploufragan, France

Depuis 2013, une épizootie sévère de diarrhée épidémique porcine (DEP) affecte les Etats-Unis et s’étend aujourd’hui à plusieurs pays dans le monde. Les signes cliniques sont une diarrhée aqueuse pouvant être accompagnée de vomissements. Les porcelets sous la mère sont les animaux principalement affectés et les taux de mortalité observés chez cette catégorie d’animaux lors de cette épizootie atteignent 95-100 %. Les animaux adultes peuvent être touchés mais le taux de mortalité est au maximum de 5 %. La maladie est causée par un alpha-coronavirus appelé virus de la DEP (vDEP) qui ne présente pas de caractère zoonotique. Les nouveaux variants de vDEP isolés depuis 2013 montrent une pathogénicité accrue par rapport aux souches de vDEP circulant dans les années 80 en Europe. La dose minimale infectante de ces nouveaux variants de vDEP est très faible et le virus présente une résistance importante à différents traitements physiques. Ces données mettent en évidence que le vDEP peut être propagé efficacement par l’homme en intervenant directement dans les élevages (transport mécanique), ou par l’intermédiaire de matériel contaminé. En Europe, l’immunité de population vis-à-vis du vDEP est faible et la DEP a été ajoutée à la liste des dangers sanitaires de première catégorie en France rendant obligatoire la déclaration de tout cas de DEP. En cas d’introduction en France, seule une identification rapide du ou des premiers cas permettra la mise en place rapide de mesures de gestion combinées à des mesures de biosécurité strictes pour limiter la propagation de la maladie.

Mots-clés : diarrhée épidémique porcine, caractéristiques cliniques, physio-pathogénie


Partager :

altUne journée d’information sur la diarrhée épizootique porcine « DEP et risques pour la filière porcine : bilan des connaissances et analyse du risque » a été organisée par l’ISPAIA (Institut Supérieur des Productions Animales et des Industries Agroalimentaires) le 25 avril 2014.

Le programme de cette journée est rappelé ci-dessous et les présentations correspondantes sont consultables [ici]

Que sait-on de la DEP, Diarrhée Epizootique Porcine ? (Nicolas Rose et Béatrice Grasland, ANSES Ploufragan)

Comment est suivie la situation par les autorités ? (Clara Marcé, DGAL)

Comment est vécue l’épizootie en Amérique du nord ? (Perle Boyer, North Carolina State University, USA)

 


Partager :

PT004310Ahead of print


Nicolas Rose (1) (nicolas.rose@anses.fr), Béatrice Grasland (2) dans le cadre de la Veille internationale de la Plateforme ESA*

* Contributeur : Didier Calavas (3)

Depuis avril 2013, les Etats-Unis sont confrontés à une épizootie de diarrhée épidémique porcine sans précédent dans le pays, à l’origine de la mort de plusieurs millions de porcelets (voir Bulletin épidémiologique 58, 21-22). Plus de 3 500 élevages ont été touchés dans vingt-cinq états depuis le début de l’épizootie et la maladie s’est maintenant propagée au Canada, ce qui ne constitue pas une surprise étant donnée les échanges et la proximité entre les deux pays (16 élevages touchés en Ontario, 1 dans le Manitoba, 1 récemment sur l’ile du prince Edward et 1 au Québec).


Partager :

PT004310Ahead of print

Nicolas Rose1, Marie-Frédérique Le Potier1

Fin avril 2013, les premiers cas de diarrhée épidémique porcine (DEP) (ou PED pour Porcine Epidemic diarrhea en anglais) ont été détectés aux Etats-Unis alors que cette maladie n’avait jamais été décrite auparavant sur le continent américain. Aujourd’hui, plus de 200 sites porcins ont été infectés (Figure 1), la majorité d’entre eux se trouvant dans les États à forte concentration porcine : Iowa, Minnesota, Indiana principalement et récemment en Oklahoma (60 cas depuis le mois de juin). Quelques cas ont été décrits en Ohio, Colorado, Missouri, Illinois, Michigan, Nebraska et Dakota du sud. Le coronavirus responsable de cette maladie, proche de celui de la gastro-entérite transmissible (GET), n’avait jamais été détecté aux Etats-Unis jusqu’ici. Ce virus touche les porcs de tous âges, mais entraîne principalement de la mortalité chez les porcelets avant sevrage (jusqu’à 95%). La maladie est par ailleurs enzootique dans de nombreux pays d’Asie orientale.

 


Partager :

Mots-clés: 

 Domaines d'activité de la surveillance
Domaines

Illustration : exemples d'objectifs pouvant être visés par domaine

 alt

1.  Définition de protocoles de surveillance, d'indicateurs, d'une cellule d'animation

2.  Développement d'outils pour la collecte et la gestion des données

3.  Appui à l'animation du dispositif, communication à destination des acteurs

4. Analyse des données, retour d'information

5. Evaluation (ex Oasis)


Objectifs thématiques 2014

Domaine

    Objectif  Réalisation(s) attendue(s)  Statut*

Echéance, fréquence

Communs          

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Spécifiques   

 

1

 Conception d'un dispositif de surveillance  fiche d'accompagnement des prélèvements, circuit d'informations, instructions Achevé  septembre 2014

 3

 

 Sensibilisation et communication brève BE  Achevé  août-septembre 2014

1, 4

Précision (définitions) et révision du dispositif de surveillance si nécessaire Evolution de l'instruction En cours 2015
*Non débutée / en cours / achevée / continue

Principales productions 2014 (types de productions à faire figurer)

Type de production

Auteurs Titre  Date   Média   Lien* 
 Article BE n°63  Béatrice Grasland, Nicolas Rose  Situation épidémiologique actuelle de la diarrhée épidémique porcine dans le monde et caractéristiques physiopathologiques de la maladie  09/2014
Brève BE n58  Nicolas Rose, Marie-Frédérique Le Potier  Épizootie de diarrhée épidémique porcine aux USA  09/2013
Brève BE n°61 Nicolas Rose, Béatrice Grasland Epizootie de diarrhée épidémique porcine (DEP) aux États-Unis et au Canada : question sur une éventuelle origine alimentaire. 03/2014
*Pouvant pointer vers la bibliothèque documents pour les documents non diffusés en ligne

Fe

Partager :
 

Liens utiles

Organismes Internationaux
  • OIE (Organisation mondiale de la santé animale)
  • FAO EMPRES (Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture)
 
​​Organismes Européens
  • ECDC (Centre Européen de prévention et contrôle de maladies)​
  • EFSA (Autorité Européenne de sécurité des aliments)
  • ​DG SANCO (Directorat General de santé et de consommateurs)
 
Organismes Nationaux
  • InVS (Institut de veille sanitaire)
  • Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail)
Plateformes de veille Internet
Zircon - This is a contributing Drupal Theme
Design by WeebPal.