France

Depuis le 14 décembre 2015, dix nouveaux foyers d'Influenza aviaire hautement pathogène (IAHP) ont été identifiés, un en Dordogne, six dans les Landes, deux dans le Gers et un dans les Pyrénées Atlantiques. Au total, 30 foyers d'Influenza aviaire hautement pathogène (IAHP) ont été déclarés en France.

Partager :
Manon Hamon, Alexandre Fediaevsky
DGAL, Bureau de la santé animale

Depuis le 24 novembre 2015 et à la date du 8 décembre 2015, douze foyers d'influenza aviaire hautement pathogène (HP) ont été notifiées : sept en Dordogne, trois dans les Landes, un en Haute Vienne et un dans le Gers. La mise en évidence des virus influenza hautement pathogènes a commencé en Dordogne avec l'identification d'un premier foyer H5N1 hautement pathogène le 24 novembre 2015. Elle s'est poursuivie dans le département des Landes par l'identification d'un foyer H5N9 HP le 6 décembre 2015, puis dans la Haute-Vienne avec un foyer H5N1 HP notifié le 8 décembre 2015 et enfin dans le Gers, avec un foyer H5N2 HP le 9 décembre 2015. Par ailleurs, deux foyers d'influenza aviaire faiblement pathogène ont été identifiés dans les Landes, et un dans l'Aveyron.

Partager :
Manon Hamon (1), Eric Niqueux (2), Alexandre Fediaevsky (1)
(1) DGAL, Bureau de la santé animale
(2) Anses, LNR Influenza aviaire, Laboratoire de Ploufragan-Plouzané

Depuis novembre 2015 et à la date du 8 décembre 2015, sept foyers d'influenza hautement pathogène ont été déclarés en Dordogne, deux dans les Landes et un en Haute Vienne. Deux foyers d'influenza aviaire faiblement pathogène ont été identifiés dans les Landes et un dans l'Aveyron. La mise en évidence des virus influenza hautement pathogènes a commencé en Dordogne avec l'identification d'un premier foyer H5N1 hautement pathogène le 24 novembre 2015, et s'est poursuivie dans les départements des Landes et de la Haute-Vienne par l'identification d'un foyer H5N9 hautement pathogène le 6 décembre 2015 et d’un foyer H5N1 hautement pathogène le 8 décembre 2015, respectivement.

Partager :
Isabelle Guerry, Manon Hamon, Eric Niqueux, Sophie Le-Bouquin, Didier Calavas, Anne Bronner, Pascal Hendrikx, Alexandre Fediaesvky

Dans le cadre de la surveillance événementielle et suite à déclaration d'une suspicion clinique le 19 novembre 2015, un premier foyer d’Influenza aviaire hautement pathogène (IAHP) H5N1 a été mis en évidence dans un élevage non commercial de 32 volailles à Biras en Dordogne. Au total, 22 oiseaux sont morts entre le 14 et le 19 novembre. L'analyse virologique PCR a conduit à l'obtention de résultats positifs pour le type H5 le 20 novembre, par la suite confirmés de type IAHP H5N1 par le laboratoire national de référence Anses de Ploufagran (le 24 novembre). Les dix oiseaux restants dans l’élevage ont été abattus préventivement le 20 novembre. L’analyse phylogénétique des séquences H5 et N1 montre que celles-ci ne sont pas directement apparentées aux séquences des virus H5N1 hautement pathogènes de la lignée asiatique A/goose/Guandong/1/96. Les séquences H5 obtenues sont directement apparentées aux séquences des influenzavirus H5 faiblement pathogènes circulant en Europe et disponibles dans les banques de données. Les séquences N1 obtenues sont directement apparentées aux séquences N1 d’influenzavirus circulant en Europe et disponibles dans les banques de données. L’Anses a été saisie pour évaluer le risque lié à la circulation virale de cette souche en France.

Partager :

Mots-clés: 

Laure Bournez (1), Alexandre Fediaevsky (2), Lisa Cavalerie (2), Séverine Rautureau (2), Corinne Sailleau (3), Emmanuel Bréard (3) & Stephan Zientara (3)
(1) Anses, Unité de coordination et d'appui à la surveillance, Maisons-Alfort, France
(2) DGAl, Bureau de la santé animale, Paris, France
(3) Anses, Laboratoire de santé animale, Maisons-Alfort, France - LNR FCO

Depuis le dernier point réalisé le 12 novembre, quinze foyers supplémentaires ont été détectés dans le Puy-de-Dôme (10 foyers), le Cantal (1 foyer), la Loire (1 foyer), la Haute-Loire (2 foyers) et en Lozère (1 foyer), tous ayant été identifiés uniquement suite aux prélèvements réalisés lors de mouvements d'animaux à partir de la zone réglementée. La zone infectée s’est donc étendue au sud-est avec ces nouveaux foyers détectés en Haute-Loire et en Lozère, ce qui a conduit à étendre la zone réglementée au sud et sud-est (Figure 1). Pour rappel, il a été décidé de fusionner les zones de protection et de surveillance afin d’avoir une unique « zone réglementée » au sein de laquelle les mouvements d’animaux sont autorisés. Ainsi, les départements situés à moins de 150 kilomètres d’un foyer sont en zone réglementée et sont représentés en orange sur la Figure 1. 


Partager :

Mots-clés: 

Laure Bournez (1), Alexandre Fediaevsky (2), Lisa Cavalerie (2), Séverine Rautureau (2), Corinne Sailleau (3), Emmanuel Bréard (3) & Stephan Zientara (3)
(1) Anses, Unité de coordination et d'appui à la surveillance, Maisons-Alfort, France, (2) DGAl, Bureau de la santé animale, Paris, France, (3) Anses, Laboratoire de santé animale, Maisons-Alfort, France - LNR FCO

Depuis le dernier point réalisé, dix-huit foyers supplémentaires ont été détectés, soit suite à une suspicion clinique (1 foyer en Haute-Loire), soit suite aux prélèvements réalisés lors de mouvements d'animaux à partir de la zone réglementée (17 foyers). La zone infectée s’est étendue au sud avec quatre nouveaux foyers détectés dans le Cantal, un foyer dans l’Aveyron et un dans le sud de la Haute-Loire, ce qui a conduit à étendre la zone réglementée au sud et sud-est (Figure 1). Pour rappel, il a été décidé de fusionner les zones de protection et les zones de surveillance afin de n’avoir qu’une « zone réglementée » et d’y permettre ainsi tous les mouvements d’animaux. Ainsi, les départements situés à moins de 150 kilomètres d’un foyer sont en zone réglementée et sont représentés en orange sur la Figure 1. 


Partager :

Mots-clés: 

Laure Bournez (1), Alexandre Fediaevsky (2), Jean-Baptiste Perrin (2), Philippe Gay (2) & Corinne Sailleau (3)
(1) Anses, Unité de coordination et d'appui à la surveillance, Maisons-Alfort, France, (2) DGAl, Bureau de la santé animale, Paris, France, (3) Anses, Laboratoire de santé animale, Maisons-Alfort, France - LNR FCO

Au 19 octobre 2015, ce sont au total 57 élevages situés dans une zone de 250-300 km de diamètre dans le Puy de Dôme, l’Allier, la Creuse, le Cantal, le Cher, l’Indre, la Loire, la Nièvre et la Saône et Loire qui ont été trouvés infectés par le virus FCO à sérotype 8 (Figure 1). Parmi ces foyers, 27 ont été détectés par la surveillance programmée, dix par la surveillance évènementielle sur suspicions cliniques, huit lors de tests réalisés à l’exportation ou lors de rassemblements d’animaux, onze lors de la première enquête dans les 2km autour du premier foyer de l’Allier et un non précisé. 
 


Partager :

Mots-clés: 

 

sheep3Suite à la confirmation du premier foyer FCO à sérotype 8 dans l’Allier et de la découverte de 11 autres foyers dans les 2 km autour de ce premier foyer, de nouvelles modalités de surveillance ont été décidées. Afin d’estimer l’étendue de la circulation virale en France, une enquête programmée est actuellement en cours sur la base de prélèvements pour recherche virale par PCR dans soixante élevages bovins par région administrative et trente bovins par élevage (voir Figure 1 pour la répartition des élevages sélectionnés et ci-dessous la présentation des premiers résultats). Le choix de l’enquête s’est porté sur les bovins étant donné que c’est l’espèce qui permet le plus facilement de mettre en évidence la maladie. Les détails de cette surveillance sont disponibles dans une instruction publiée par la DGAL le 18 septembre 2015 (DGAL/SDSPA/2015-785).

La surveillance évènementielle basée sur la détection de signes cliniques a également été renforcée (cf. pages de la Plateforme-ESA sur la présentation des signes cliniques FCO). Une page de questions-réponses sur la situation actuelle a été publiée sur le site du ministère de l'Agriculture.

Au 24 septembre 2015, 33 élevages au total, situés dans l’Allier, le Puy de Dôme et la Creuse ont été trouvés infectés par le virus FCO à sérotype 8. Les zones d'interdiction, de protection et de surveillance définies au 24 septembre sont présentées dans la Figure 2. 

 


Partager :

Un épisode de fièvre Q est survenu dans la région Provence – Alpes – Côte d’Azur au mois de mai 2014. Des pneumopathies signalées à la cellule inter-régionale d’épidémiologie Sud par le centre hospitalier de Valréas, chez des sujets jeunes, ont déclenché des investigations. Sur la base d’une origine commune suspectée, à savoir la fréquentation par les cas humains confirmés de plusieurs élevages de petits ruminants, la DDecPP de la Drôme a initié une enquête. Un élevage en particulier au sein duquel des mises bas avaient eu lieu le jour de la visite, a retenu l’attention des inspecteurs. Ce même élevage avait enregistré des avortements fin avril-début mai. Des écouvillons vaginaux et des prises de sang se sont révélés positifs, confirmant le statut infecté et excréteur de l’élevage en Coxiella burnetii. Des analyses environnementales allaient dans le même sens. Les mesures recommandées ont visé à réduire l’excrétion de C. burnetii dans l’environnement ainsi que sa dissémination au sein et autour de l’exploitation. Le vétérinaire sanitaire de l’élevage la DDecPP et le groupement de défense sanitaire de la Drôme ont mis en place les mesures de gestion disponibles en l’état actuel des connaissances, à savoir des mesures sanitaires (traitement des effluents) et des mesures médicales (vaccination des femelles de renouvellement).

Lire l'article complet : http://bulletinepidemiologique.mag.anses.fr/sites/default/files/BEP-mg-BE69-art2.pdf


Partager :

Bulletin 2015- 01, mars 2015

Article écrit par Marie-Béatrice Alvado-Brette (Directrice CIREV Aquitaine) et Axelle Scoizec (Epidémiologiste CIREV Aquitaine)

Cette 2ème publication donne une vision synthétique de la situation épidémiologique de la région Aquitaine (élargie) ainsi que des éléments de la situation nationale pour l'année 2014.

Bulletin CIREV Aquitaine 2015-01


Partager :

Pages

 

Liens utiles

Organismes Internationaux
  • OIE (Organisation mondiale de la santé animale)
  • FAO EMPRES (Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture)
 
​​Organismes Européens
  • ECDC (Centre Européen de prévention et contrôle de maladies)​
  • EFSA (Autorité Européenne de sécurité des aliments)
  • ​DG SANCO (Directorat General de santé et de consommateurs)
 
Organismes Nationaux
  • InVS (Institut de veille sanitaire)
  • Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail)
Plateformes de veille Internet
Zircon - This is a contributing Drupal Theme
Design by WeebPal.