Pestes aviaires

Anne Bronner (1), Marie-Cécile Moisson (1), Didier Calavas (2), Pascal Hendrikx (3), Mathilde Paul (4), Claire Guinat (4), Pierre Jabert (5), Guillaume Gerbier (6), Mathilde Saussac (7), Benoît Durand (8), Aurélie Courcoul (8)

(1) DGAl - SASPP, (2) Anses-Lyon, (3) Direction des laboratoires – Anses Maison-Alfort, (4) ENVT, (5) DRAAF Occitanie, (6) DRAAF Grand Est, (7) Unité UCAS – Anses Maison-Alfort, (8) Unité EpiMAI – Anses Maison-Alfort

 


L'objectif de cet article est d'établir une synthèse des caractéristiques épidémiologiques de l'épizootie qui sévit actuellement en France dans les élevages de volailles, à partir des enquêtes épidémiologiques réalisées dans les foyers et de l'analyse des données issues de la surveillance conduite dans les élevages de volailles.

Article au format pdf: 


Partager :

Marie-Cécile Moisson (1), Anne Bronner (1)*, Anne Van-De-Wiele (2), Antoine Humeau (2), Pascal Hendrikx (3)*,  Sophie Le Bouquin-Leneveu (4), Axelle Scoizec (4), Adeline Huneau-Salaün (4)
(1) DGAl, (2) ONCFS, (3) Direction des laboratoires, Anses-Maison-Alfort, (4) Unité Epidémiologie aviaire, Anses-Ploufragan
*Coordination Plateforme ESA

Les résultats présentés ci-après sont basés sur les foyers notifiés au système ADNS ou à l'OIE au 6 mars 2017, 20h00.

Points marquants

Entre le 28 novembre 2016 et le 6 mars 2017, 424 foyers d'IAHP ont été déclarés en élevage : parmi eux, plus de la moitié sont issus de la surveillance programmée (51 %, 218/424), principalement détectés lors du dépistage des animaux avant abattage préventif (25 %, 108/424) et avant mouvement des animaux au sein des zones réglementées (17 %, 74/424). La part de la surveillance évènementielle dans la détection des foyers, qui était majorité jusqu'au point précédent, s'inverse donc. La surveillance programmée, renforcée et en complément de la surveillance évènementielle, permet  de suivre de manière très rapprochée la situation sanitaire et d'adapter au mieux les mesures de gestion.

Article au format pdf: 


Partager :
Veille sanitaire internationale (VSI) Plateforme ESA – France
 
Source : ADNS

Depuis le 20 février 2017, un virus influenza aviaire hautement pathogène (IAHP) H5 a été détecté à plusieurs reprises dans le Nord-Est de l’Espagne, à proximité de la frontière française (Figure 1). Dans cette région de l’Espagne, ont été déclarés un cas dans l’avifaune et dix foyers dans des élevages. Le sous-type H5N8 est cité pour quatre de ces foyers d’IAHP H5. Cette accumulation de foyers (principalement secondaires) est à surveiller de près de par leur proximité de la frontière française.

Article au format pdf: 


Partager :
Veille sanitaire internationale (VSI) Plateforme ESA – France
LNR influenza aviaire, Anses laboratoire de Ploufragan – France
 
Source : ADNS, OIE, Promed

Un nouveau virus influenza aviaire hautement pathogène (IAHP) a été détecté en Europe, il s’agit du sous-type HP H5N6 qui a été identifié suite à la découverte de 60 oiseaux morts (espèces non signalées) d’une basse cours située dans  la préfecture de Florine en Grèce (Figure 1). Des mesures de contrôle ont été mises en place le 9 février. Concernant le sous-type, ce foyer avait été déclaré par erreur comme un foyer H5N8 le 16 février. La confirmation du sous-type H5N6 a été faite en laboratoire le 2 mars.

Article au format pdf: 


Partager :
Veille sanitaire internationale (VSI) Plateforme ESA – France
LNR influenza aviaire, Anses laboratoire de Ploufragan – France
Office national de la chasse et de la faune sauvage – France
 
Source : Données actualisées au 26/02/2017 (inclus) ADNS/OIE/DGAL Ministère de l’Agriculture

Deux virus influenza aviaire hautement pathogène (IAHP) – H5N5 et H5N8– circulent actuellement en Europe. L’outil ADNS n’a pas été adapté à la notification des nouveaux sous-types H5N8 et H5N5, conduisant les pays à notifier les foyers comme « H5Nx », avec possibilité d’ajouter en commentaire libre le sous-type, ce que font certains pays. En tenant compte de ces commentaires, les déclarations ADNS sont réparties ainsi : H5Nx (n=361), H5N5 (n=18), H5N8 (n=1 600), et mixte H5N5/H5N8 (n=1). Les virus IAHP sont donc traités dans leur globalité dans cette note. L’analyse des données prend en compte les modifications parfois apportées aux alertes ADNS après la première déclaration, notamment la précision du sérotype pour certains foyers H5Nx (qui sont ensuite repris en foyers H5N5 ou H5N8).

Article au format pdf: 


Partager :

Marie-Cécile Moisson (1), Anne Bronner (1)*, Anne Van De Wiele (2), Antoine Humeau (2), Didier Calavas (3)*, Adeline Huneau-Salaün (4), Guillaume Le Loch (5), Jean-Luc Guerin (5)

(1) DGAl, (2) ONCFS, (3) Anses-Lyon, (4) Unité Epidémiologie aviaire, Anses-Ploufragan, (5) ENVT

*Coordination Plateforme ESA
Les résultats présentés ci-après sont basés sur les foyers notifiés au système ADNS ou à l'OIE au 21 février 2017, 20h00.

Points marquants

Depuis le dernier point de situation en date du 6 février 2017 :

- 125 foyers d'influenza aviaire hautement pathogène (IAHP) supplémentaires ont été détectés en élevages de volailles, portant à 328 le nombre total de foyers d'IAHP détectés en élevages depuis le 28 novembre 2016 (date de déclaration du premier cas d'IAHP) dont 238 foyers d'IAHP attribués au virus H5N8 et 90 foyers d'IAHP H5Nx (la neuraminidase n'ayant pas pu être identifiée).

- 22 cas supplémentaires d'IAHP ont été détectés dans l'avifaune, portant à 40 le nombre total de cas d'IAHP détectés dans l'avifaune depuis le 28 novembre 2016, dont 24 cas d'IAHP attribués au virus H5N8 (dont un sur des oiseaux captifs) et 16 cas d'IAHP H5Nx .

- 7 foyers d'influenza aviaire faiblement pathogène (IAFP) supplémentaires ont été détectés en élevages de volailles, portant à 35 le nombre total de foyers d'IAFP détectés en élevages depuis le 28 novembre 2016. Le nombre de cas d'IAFP détectés dans l'avifaune reste de un (Tableau 1).

Article au format pdf: 


Partager :
Veille sanitaire internationale (VSI) Plateforme ESA – France
 
Source : Données actualisées au 21/02/2017 (inclus) OIE WAHIS & FAO Empres-i

Un virus influenza aviaire hautement pathogène (IAHP) H5N8 circule actuellement en Asie, en Europe et en Afrique. Sur le continent africain, des foyers et des cas ont été signalés officiellement en Egypte, en Tunisie, au Nigéria, en Ouganda et au Cameroun (Figure 1 & Tableau 1).

Article au format pdf: 


Partager :

Veille sanitaire internationale (VSI) Plateforme ESA – France


LNR influenza aviaire, Anses laboratoire de Ploufragan – France

Office national de la chasse et de la faune sauvage – France
 

Article au format pdf: 


Partager :

Marie-Cécile Moisson (1), Anne Van De Wiele (2), Jean-Baptiste Perrin (1), Anne Bronner (1)*, Audrey Schmitz (3), Eric Niqueux (3), Claire Martenot (3), François-Xavier Briand (3), Didier Calavas (4)*, Sophie Le Bouquin-Leneveu (5), Adeline Huneau-Salaün (5)

(1) DGAl, (2) ONCFS, (3) Unité Virologie, Laboratoire national de référence, Anses-Ploufragan, (4) Anses-Lyon, (5) Unité Epidémiologie aviaire, Anses-Ploufragan,*Coordination Plateforme ESA

Les résultats présentés ci-après sont basés sur les foyers notifiés au système ADNS ou à l'OIE au 6 février 2017, 20h00.

Depuis le 28 novembre 2016 (date de déclaration du premier cas d'IAHP), 203 foyers d'influenza aviaire hautement pathogène (IAHP) ont été détectés en élevage dont 167 foyers d'IAHP attribués au virus H5N8 et 36 foyers d'IAHP H5Nx (la neuraminidase n'ayant pu être identifiée), soit 36 foyers d'IAHP supplémentaires déclarés depuis le dernier point de situation au 23 janvier 2017. Toujours en élevage, trois foyers supplémentaires d'influenza aviaire faiblement pathogène (IAFP) ont été déclarés depuis le dernier point de situation, soit un total de 28 foyers d'IAFP. Par ailleurs, huit cas supplémentaires d'IAHP ont été détectés dans l’avifaune libre, portant le nombre total de cas à 17, et un cas supplémentaire d'IAFP a été détecté chez des oiseaux captifs, dans un élevage de gibiers.

Article au format pdf: 


Partager :
Veille sanitaire internationale (VSI) Plateforme ESA – France
LNR influenza aviaire, Anses laboratoire de Ploufragan – France
Office national de la chasse et de la faune sauvage – France
 
Sources : Données actualisées au 05/02/2017 (inclus) ADNS/OIE/DGAL Ministère de l’Agriculture

Deux virus influenza aviaire hautement pathogène (IAHP) – H5N5 et H5N8– circulent actuellement en Europe. L’outil ADNS n’a pas été adapté à la notification des nouveaux sous-types H5N8 et H5N5, conduisant les pays à notifier les foyers comme « H5Nx », avec possibilité d’ajouter en commentaire libre le sous-type, ce que font certains pays. En tenant compte de ces commentaires, les déclarations ADNS sont réparties ainsi : H5Nx (n=243), H5N5 (n=14), H5N8 (n=1129), et mixte H5N5/H5N8 (n=1). Les virus IAHP sont donc traités dans leur globalité dans cette note. L’analyse des données prend en compte les modifications parfois apportées aux alertes ADNS après la première déclaration, notamment la précision du sérotype pour certains foyers H5Nx (qui sont ensuite repris en foyers H5N5 ou H5N8).

Article au format pdf: 


Partager :

Pages

 
Organismes Internationaux
  • OIE (Organisation mondiale de la santé animale)
  • FAO EMPRES (Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture)
 
​​Organismes Européens
  • ECDC (Centre Européen de prévention et contrôle de maladies)​
  • EFSA (Autorité Européenne de sécurité des aliments)
  • ​DG SANCO (Directorat General de santé et de consommateurs)
 
Organismes Nationaux
  • InVS (Institut de veille sanitaire)
  • Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail)
Plateformes de veille Internet
Zircon - This is a contributing Drupal Theme
Design by WeebPal.