Outils, études et évaluations sur la Tuberculose

Mots-clés: 

Article écrit par le Groupe de Suivi national tuberculose - Décembre 2014

Résumé: Les premiers bilans provisoires tirés du protocoles interféron Gamma déployé lors de la campagne de prophylaxie tuberculose de la saison 2013/2014 confirment l’intérêt de la démarche. Pour atteindre l’objectif il faut continuer d’inclure un nombre important de troupeaux pendant la saison de prophylaxie 2014/2015 et veiller à la qualité de l’enregistrement des données

L’essentiel

Les premiers résultats sont favorables sur la sensibilité du test interféron et la pertinence des arbres décisionnels

    Il est important de faire preuve de la plus grande rigueur dans la collecte et la saisie des données pour la campagne 2014-2015

Rappel du contexte

 

 La Commission européenne a autorisé la France à conduire une expertise visant à évaluer l’utilisation du test de dosage de l’interféron gamma (IFN) en recontrôle des animaux suspects au test d’intradermotuberculination (IDT). Actuellement, après une intradermotuberculination simple (IDS) non négative ou une intradermotuberculination comparative (IDC) douteuse, les exploitations sont bloquées dans l’attente d’un recontrôle par IDC 42 jours plus tard. Le test IFN réalisé entre 3 et 8 jours après la première IDT, permettrait de réduire ce temps de blocage des exploitations.

 

Un protocole d’étude a été élaboré par la DGAL en collaboration avec l’ENVA, l’ANSES, le Laboratoire National de Référence (LNR) et la Plateforme ESA. Il a été mis en œuvre lors de la campagne de prophylaxie 2013/2014 (Cf carte ci-dessous) et se poursuit pour la campagne 2014/2015.

 

 Pour rappel, l’inclusion dans le protocole est possible pour tous les élevages qui obtiennent un résultat non négatif en IDT.

 

Les détails du protocole sont disponibles dans la note de service DGAL/SDSPA/2014-864.

 

  Point de situation

 

 Pendant la campagne 2014-2015, environ 1000 cheptels dans 28 départements se sont engagés dans le protocole, Cela représente la moitié des cheptels ayant fait l’objet d’une suspicion dans le cadre du dépistage en élevage.

2015 carte protocole IFN bilan an1

 

 

Premiers résultats

  • Selon les résultats des premières analyses, le protocole de contrôle par le test IFN à J3 est au moins équivalent au recontrôle par IDT 6 semaines après un premier résultat IDT non négatif. Ces résultats encourageants doivent néanmoins être consolidés par une deuxième année d’étude pour atteindre la robustesse statistique attendue.
  • Environ la moitié des cheptels qui sont entrés dans le protocole ont pu être classés en suspicion faible et ainsi bénéficier d’allègements des modalités de gestion (limitation de mouvement des seuls bovins réagissants).
  • Les résultats intermédiaires du protocole confirment la pertinence de ce classement puisque la quasi-totalité des bovins avec un résultat IFN négatif ou non conclusif à J3 se négative en IDC à J42.
  • Le protocole a également permis de mieux cibler les abattages diagnostiques.
  • Grâce aux données déjà collectées lors de la campagne 2013/2014, le Laboratoire National de Référence a validé un ajustement des seuils de positivité du test IFN. Ce changement de seuil diminuera le nombre de résultats non conclusifs au test et limitera donc également le nombre d’abattages diagnostiques..

 

Une deuxième année de mise en place du protocole expérimental est indispensable pour conforter ces premiers résultats et valider sur le plan scientifique l’équivalence de sensibilité du test IFN entre J3 et J8 avec le recontrôle en IDT à J42. 


Points de vigilance pour la 2ème campagne de mise en place du protocole

 

Pour une efficacité optimale de cette 2ème campagne :

 

  • Nous rappelons à chacun des acteurs l’importance de faire preuve de la plus grande rigueur dans la collecte et la saisie des données pour ce protocole d’étude afin de valoriser au mieux les efforts consentis par tous. L’analyse intermédiaire a effectivement démontré que la collecte et la saisie des données pouvaient présenter des manquements ou des erreurs or ces cas ne peuvent pas être pris en compte dans l’étude. Ces pertes sèches peuvent compromettre la possibilité d’aboutir à une étude validée scientifiquement.
  • De même, nous comptons sur la pédagogie des vétérinaires sanitaires et des agents des DDPP pour limiter au maximum les abandons.
  • Le réseau de laboratoires agréés pour réaliser les tests IFN permet normalement de couvrir l’ensemble du territoire. Néanmoins, pour les laboratoires peu sollicités, un appui du LNR ou des laboratoires proches pourra être mis en place pour mutualiser les réactifs.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Partager :

Mots-clés: 

Un protocole expérimental est déployé nationalement pour évaluer les performances du test interféron réalisé quelques jours après l’IDT.

Les résultats de cette étude pourraient permettre d’appuyer une évolution de la réglementation européenne qui irait dans le sens d’un allégement de la durée de blocage des élevages ayant obtenu un résultat douteux à l’IDT.

Le succès de cette étude est conditionné par le strict respect du protocole. Un document de synthèse abordant les principales questions opérationnelles liées à la mise en œuvre de ce protocole ainsi qu’un modèle de présentation à destination des acteurs de terrain sont disponibles :


Partager :

 

Ces dernières années, des élevages bovins ont été découverts infectés de tuberculose bovine plusieurs fois à quelques années d’intervalle et ce malgré un assainissement par abattage total. A la demande de la DGAL, une mission d’investigation de ces cas de recontamination a eu lieu durant l’été 2012 en Côte-d’Or et en Dordogne. Le rapport de mission est désormais disponible en ligne.

Une bonne mise en œuvre des opérations d’assainissement et de repeuplement des foyers ainsi que de prophylaxie des troupeaux a été mise en évidence. Le renforcement de la biosécurité en élevage et la limitation des contacts directs et indirects (via notamment les points d’eau et d’alimentation au pâturage) entre faune sauvage et bovins ont été identifiés comme une priorité. Ce changement nécessaire des pratiques d’élevage se heurte à de fortes contraintes socio-économiques. Enfin, la gestion cynégétique du sanglier et les modalités de piégeage des blaireaux sont également des points à améliorer pour aboutir à l’éradication de l’infection.

Télécharger le rapport complet


Partager :

Cow21 moyenUne évaluation du dispositif de surveillance de la tuberculose bovine en France a été réalisée dans un contexte de recrudescence des foyers de cette maladie. L’évaluation a été réalisée à l’aide de l’outil OASIS entre juin 2011 et mars 2012.

Toutes les catégories d’acteurs de la surveillance ont été rencontrées à l’échelon national et dans plusieurs régions ou départements (Bourgogne, Camargue et Somme). Les résultats de l’évaluation mettent en évidence des points forts parmi lesquels l’animation centrale et décentralisée, le réseau de laboratoire, les outils et modalités de surveillance et la surveillance de la faune sauvage. Les priorités d’améliorations concernent le pilotage à l’échelon national et régional, la gestion et le traitement des données, la formation des vétérinaires sanitaires, certains outils et modalités de surveillance ainsi que leur acceptabilité.


Partager :


altLa DGAL a demandé en juin 2011 à la Plateforme nationale de surveillance épidémiologique en santé animale de réaliser l'évaluation du dispositif national de surveillance de la tuberculose bovine. Cette évaluation a été réalisée de juin à août 2011 en Bourgogne en utilisant  la méthode OASIS. la Bourgogne a été choisie pour initier cette évaluation en raison de la diversité des situations épidémiologiques, des enjeux et des modalités de surveillance mis en place dans les quatre départements.

Les résultats de cette évaluation ont été présentés le 2 mars 2012 à l'ensemble des acteurs du dispositif bourguignon et sont téléchargeables ci-dessous :

L'évaluation du dispositif national sera achevée en avril 2012.


Partager :
 

Liens utiles

Organismes Internationaux
  • OIE (Organisation mondiale de la santé animale)
  • FAO EMPRES (Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture)
 
​​Organismes Européens
  • ECDC (Centre Européen de prévention et contrôle de maladies)​
  • EFSA (Autorité Européenne de sécurité des aliments)
  • ​DG SANCO (Directorat General de santé et de consommateurs)
 
Organismes Nationaux
  • InVS (Institut de veille sanitaire)
  • Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail)
Plateformes de veille Internet
Zircon - This is a contributing Drupal Theme
Design by WeebPal.