Epidémiosurveillance en santé animale

Dangers sanitaires exotiques

 

Image
aethina2

Aethina tumida, est un parasite ravageur des colonies d’abeilles mellifères Apis mellifera et des colonies de bourdons (Bombus spp.). Ce coléoptère exerce une action spoliatrice et destructrice sur la colonie en consommant le miel, le pain d’abeilles et le couvain, en entraînant une fermentation du miel qui le rend impropre à la consommation. Originaire d’Afrique subsaharienne, il s’est dispersé au cours des vingt dernières années dans plusieurs pays répartis sur plusieurs continents : Amérique, Asie, Océanie, Afrique et Europe. En Europe, des foyers ont été détectés en 2014 en Italie dans les régions de Calabre, où il est encore enzootique, et de Sicile. La France métropolitaine est officiellement indemne. L'île de la Réunion a détecté un premier foyer le 5 juillet 2022.

T. clareae et T. mercedesae sont des acariens du genre Tropilaelaps (quatre espèces), il s’agit des parasites infestant A. mellifera. Ils vont s’alimenter sur les larves et nymphes d’abeilles et causent des troubles au niveau du couvain. Ils sont également vecteurs de plusieurs virus. Les dégâts sont similaires à ceux de l’acarien Varroa destructor. Les colonies souffrent de perte de couvain et d’abeilles. Dans les cas les plus sévères, l’infestation conduit au déclin et à la mort de la colonie, et peut pousser les abeilles à déserter la ruche. Les colonies d’A. mellifera peuvent mourir en moins d’un an après une infestation par Tropilaelaps. 0

Aethina Tumida et Tropilaelaps  sont classés D+E au niveau européen depuis le 21/04/2021 (Loi santé animale).

Suite à l'arrivée en Italie d’A. tumida en 2014 et du risque accru d'introduction sur le territoire national, un premier groupe de travail de la Plateforme ESA dédié à ce parasite avait été créé dès 2014.

De 2014 à 2017, les travaux du groupe avaient permis :

  • de fournir des éléments techniques au ministère en charge de l'agriculture permettant la publication d’une note de service fin 2018 (DGAL/SDSPA/2018-868 du 26 novembre 2018)
  • mener des actions de sensibilisation visant à accroitre la vigilance des acteurs et favoriser la surveillance événementielle de l’infestation des colonies d’abeilles et de bourdons par le petit coléoptère des ruches.

Ces mesures ont permis d’accroitre le niveau de sensibilisation des apiculteurs et opérateurs commerciaux vis-à-vis de ces problématiques sanitaires. Une augmentation des déclarations de suspicion a été enregistrée, notamment en 2018. Le groupe a ensuite interrompu ses activités.

En décembre 2020 le Copil ESA a validé le lancement d'un nouveau groupe de travail pérenne dénommé Groupe de suivi danger sanitaire exotiques visant à améliorer l'efficience de la surveillance d'Aethina Tumida et Tropilaelaps

Ses objectifs

  • Améliorer le dispositif de surveillance actuel pour :
    • Prévenir l’introduction de ces deux dangers sanitaires sur le territoire métropolitain ;
    • Assurer une détection précoce en cas d’introduction sur le territoire métropolitain, permettant une éradication rapide et le maintien du statut indemne.
  • Proposer des modalités de surveillance complémentaires (par d’autres approches, par exemple sur la base d’un dispositif de surveillance programmée ou par un renforcement ciblé de la sensibilisation des acteurs dans des zones à risque).
  • Définir les indicateurs de suivi et suivre l’efficacité de cette surveillance à travers l’analyse de ces indicateurs.

Ce groupe de suivi est animé par la DGAl. Les experts techniques proviennent de l’Anses, le ministère en charge de l’agriculture (DGAl, DDPP), FNOSAD, FR GDS, GDS France, Itsap, la SNGTV.

 

 

Barre_tricolore